2012, dernière année faste pour l'immobilier de luxe ?

09/07/2012 à 16:44 - Immobilier - Par - Réagir

2012, dernière année faste pour l'immobilier de luxe ?
2012, dernière année faste pour l'immobilier de luxe ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

L'immobilier des biens haut de gamme continue d'afficher sa bonne santé. Début 2012, les acheteurs étrangers sont restés friands des luxueux appartements parisiens ou des riches villas aux innombrables pièces sur la Côte d'Azur.

Certes, les investisseurs en veulent pour leur argent et les biens immobiliers surévalués peinent à trouver preneur, même à Paris. Une légère baisse des transactions de 7% et à noter entre 2011 et 2012 mais le secteur échappe encore à la conjoncture morose qui touche le monde de l'immobilier Français depuis plusieurs mois. Cet engouement pour les biens français ne laisse pas présager de baisse des prix, notamment dans la capitale, selon le réseau immobilier de luxe, Coldwell Banker France & Monaco. Le réseau estime même que 2012 pourrait être l'année de tous les records en ce qui concerne le haut de gamme.

Mais cette période faste pourrait prendre fin. En manque de liquidité, l'Etat envisage de taxer les revenus fonciers des non-résidents, que ce soient les revenus locatifs ou les plus-values réalisées suite à la vente d'un bien dans l'Hexagone. Dans le projet de Loi de finances rectificative 2012, le gouvernement propose d'assujettir les revenus immobiliers des non-résidents aux prélèvements sociaux (15,5%).

Sur le haut de gamme français, les non-résidents représentaient 18% des acheteurs entre 2006 et 2010, pour des biens vendus à plus de 10 000 euros le mètre carré. Cette mesure ne sera donc pas sans conséquence pour le marché immobilier. Si le projet de loi est voté sans modification, les biens haut de gamme français perdraient alors une partie de leurs intérêts, à cause d'une fiscalité devenue trop lourde.

Pour les spécialistes de l'immobilier de luxe, les grandes fortunes qui achètent des appartements à plus de 10 millions d'euros dans la capitale, ne vont pas s'en inquiéter. En revanche, les investisseurs « plus modestes » qui peuvent s'offrir des biens de 1 à 3 millions d'euros pourraient réfléchir à deux fois avant de placer leur argent dans la pierre française. Ce désintérêt pourrait conduire à un recul de la demande à la fin de l'année 2012, mais qui ne sera pas suffisant pour que les prix de l'immobilier diminuent.

Vos réactions

Immobilier - 2012, dernière année faste pour l'immobilier de luxe ?

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - 2012, dernière année faste pour l'immobilier de luxe ?

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page