Accession à la propriété : le gouvernement manque à son devoir

27/08/2015 à 14:49 - Immobilier - Par - Réagir

Accession à la propriété : le gouvernement manque à son devoir
Accession à la propriété : le gouvernement manque à son devoir

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Pour les jeunes, accéder à la propriété immobilière est un objectif sinon vital tout au moins de la plus haute importance. Un idéal auquel le gouvernement ne semble prêter que peu d'attention.

Accession à la propriété : le gouvernement a-t-il oublié les jeunes ?

Favoriser l'accession à la propriété se doit d'être l'une des principales préoccupations du gouvernement. Si bon nombre de mesures ont été prises en ce sens au fil des ans, il est pourtant une catégorie de population qui s'estime oubliée : les jeunes. Dans un entretien accordé au site Lavieimmo, Thierry Langlois, Directeur de la branche Immobilier de Vivastreet, s'est penché sur les relations qu'entretiennent les jeunes avec l'immobilier. S'il a mis en évidence la volonté de ces derniers d'accéder à la propriété, il a également braqué les projecteurs sur les lacunes que l'on pourrait imputer au gouvernement.

Devenir propriétaire de son logement est un rêve poursuivi par une grande majorité de français. Il en va de même pour les jeunes qui perçoivent notamment l'achat d'un bien immobilier comme un réel gage de sécurité pour l'avenir. Désireux de concrétiser leur projet d'acquisition, ils se retrouvent pourtant rapidement confrontés à des obstacles que le gouvernement peine à lever. Selon une enquête de l'institut CSA pour le réseau d'agences Guy Hoquet, plus de 8 jeunes sur 10 (83%) avouent ne pas être satisfaits de l'action gouvernementale en matière d'accession à la propriété (PTZ, loi Alur, etc.).

Les jeunes pénalisés par la loi Alur

Au rang des critiques adressées au gouvernement, la loi Alur se place sans surprise en bonne position. Les jeunes candidats à l'achat seraient nombreux à pâtir de la multiplication des documents que la loi impose désormais lors de toute transaction. Thierry Langlois estime qu'« en voulant sécuriser les acheteurs », cette disposition n'aura finalement fait que rallonger « la durée du processus d'achat ». La perspective de devoir entreprendre des « démarches plus longues et coûteuses » que par le passé n'a en effet rien d'incitatif, ni pour le vendeur, ni pour l'acquéreur.

A noter que le gouvernement semble progressivement prendre conscience de son erreur et vient d'annoncer un allègement du nombre de documents à fournir lors de la vente d'un bien en copropriété.

PTZ dans l'ancien : un coup pour rien

Relancer l'accession à la propriété pour les jeunes aurait éventuellement pu passer par l'ajustement de dispositifs existants, mais là encore le gouvernement semble avoir manqué de discernement. S'il a bel et bien réintégré l'immobilier ancien dans le champ d'action du prêt à taux zéro, les limitations appliquées à cette réintroduction ont annulé tous les avantages que pouvaient en retirer les jeunes. Outre les restrictions d'ordre géographique, l'acquéreur doit entreprendre des travaux de rénovation s'il souhaite profiter d'un PTZ pour financer l'achat d'un logement ancien. Or, les jeunes ménages n'ont pour la plupart pas les moyens de se tourner vers le neuf et ne disposent pas non plus du budget nécessaire à la réalisation de ces travaux. Ceux-ci sont donc nombreux à avoir vu les portes du PTZ se refermer devant eux.

Les candidats à l'achat font de nouveau confiance aux professionnels

S'ils n'ont qu'une confiance limitée dans l'action gouvernementale, les jeunes souhaitant faire l'acquisition d'un bien placent plus volontiers leur projet entre les mains de professionnels de l'immobilier qualifiés. « Les jeunes reviennent en agence. Ils font confiance aux professionnels de l'immobilier pour les guider et les informer. Ils attendent d'eux également qu'ils s'adaptent à leurs situations », constatait le réseau Guy Hoquet. Celui-ci évoquait d'ailleurs une progression notable (+6% en 3 mois) du nombre de compromis de vente signés dans ses agences.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page