Annonces immobilières taxées : les professionnels s'insurgent !

03/11/2014 à 12:11 - Immobilier - Par - Réagir

Annonces immobilières taxées : les professionnels s'insurgent !
Annonces immobilières taxées : les professionnels s'insurgent !

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

La semaine dernière, nous évoquions la possible taxation des transactions immobilières passées entre particuliers. Une éventualité mise sur le tapis par la question au gouvernement d'une députée socialiste et qui a de quoi inquiéter vendeurs et acheteurs souhaitant réaliser de substantielles économies en se passant des intermédiaires que sont les agents immobiliers. Directement visés, deux sites spécialisés dans les transactions entre particuliers montent aujourd'hui au créneau pour défendre la gratuité de leurs annonces.

Et pourquoi ne pas taxer les annonces immobilières gratuites ?

Les sites d'annonces gratuites sur lesquels les particuliers vendent ou achètent maisons et appartements sans avoir recours aux services d'un agent immobilier représentent-ils une concurrence déloyale pour ces derniers ? C'est en tout cas ce qu'estime la députée socialiste Sylviane Bulteau. Le 21 octobre dernier, la députée de la Vendée adressait une question à Michel Sapin afin d'attirer l'attention du ministre des Finances et des comptes publics sur ce point. Sylviane Bulteau en a également profité pour souligner que les transactions entre particuliers représentaient un manque à gagner notable pour les caisses de l'Etat, contrairement aux transactions passant par un agent immobilier qui sont pour leur part soumises à la TVA. Face à cette situation, la députée a donc émis l'hypothèse d'une taxation des annonces immobilières entre particuliers, une idée reprise depuis par Jacques Cresta, député PS des Pyrénées Orientales.

Les professionnels dénoncent l'ineptie de cette taxe

Directement visé par les propos de Sylviane Bulteau, les sites internet d'annonces gratuites n'ont pas tardé à réagir pour défendre leur pré carré. Par la voix de son directeur général, Olivier Aizac, Le Bon Coin explique ainsi que « 75 % des annonces de ventes sont postées par des professionnels de l'immobilier ». Quant au groupe PAP, il pointe du doigt l'absurdité d'une telle taxe qui, calcule-t-il sur la base des chiffres avancés par la députée, reviendrait à ponctionner chaque annonce immobilière de 1200 euros au titre de la TVA. « Si à chaque fois que les particuliers font une économie, il est question de taxer le manque à gagner de l'État, la taxe proposée par la députée pourrait s'appliquer à tous les produits et services qui permettent d'éviter une dépense. L'économie appauvrissant les caisses de l'État, il faut appliquer cette taxe révolutionnaire à tout ce que l'on ne dépense pas, mais que l'on pourrait dépenser ! », tempête Jean-Michel Guérin, son directeur général.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page