Pourquoi le crédit immobilier n'attire plus les français ?

26/02/2008 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Baisse des demandes de crédit immobilier
Pourquoi le crédit immobilier n'attire plus les français ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Alors que les banques assurent ne pas avoir durci leurs conditions d'accès au crédit immobilier, le constat dressé par la Banque de France est pourtant clair : les demandes de financement diminuent. Explications...

Répondant à un questionnaire de la Banque de France, plus de 90% des banques et autres organismes de crédit (93,9% exactement) affirment soumettre leurs clients souhaitant souscrire un prêt immobilier aux mêmes conditions d'octroi qu'auparavant. Alors que la plupart d'entre elles avouaient être tentées par une telle mise en place, le durcissement des garanties requises pour contracter un emprunt n'a donc pas eu lieu. Pourquoi alors le nombre de crédits ne cesse de diminuer depuis plusieurs mois ?

L'enquête de la Banque de France auprès des banques révèle en effet que les demandes effectuées par les particuliers afin de souscrire un crédit immobilier (il s'agit ici de demandes ayant obtenu l'accord de l'établissement prêteur) sont en régression constante depuis le début de l'année 2007. Affichant une légère hausse en début d'année, le nombre d'emprunts attribués aux particuliers n'a eu ensuite de cesse d'enregistrer des baisses successives : le cumul des fonds distribués aux emprunteurs s'élevait à 155.3 milliards d'euros en février 2007, à 149.2 milliards en juillet, à 147.7 milliards en octobre pour enfin clôturer à 146.1 milliards d'euros (soit une baisse sur l'année de 5,4%).

La hausse des taux du crédit immobilier enregistrée tout au long de l'année 2007 constitue évidemment la principale cause de la diminution d'emprunts accordés. Avec une augmentation annuelle de 0,65%, bon nombre de ménages jusqu'alors éligibles au prêt immobilier se sont vu forcés soit de revoir leurs prétentions à la baisse, soit d'augmenter la durée de leur emprunt, soit d'abandonner toute idée de crédit. « Cette seule hausse conduit à exclure 12 % des dossiers finançables », explique Geoffroy Bragadir.

Un ménage dont le revenu mensuel net s'élevait à 3.000 euros, souhaitant acquérir un logement en souscrivant un prêt immobilier d'un montant de 200.000 euros au taux de 4,3% sur 22 ans, voit la hausse des taux d'intérêt augmenter considérablement son taux d'effort (38%). Les banques refusant souvent tout crédit au-dessus d'un taux d'effort de 30 voire 33%, le couple devra dès lors soit emprunter le même crédit immobilier mais à un taux de 5,5% sur 50 ans, soit amputer le logement convoité de 12% de sa surface.

Une seconde cause de la diminution des octrois de crédit est la volonté des particuliers eux-même à souscrire un prêt immobilier. Qu'il s'agisse d'une conséquence directe ou non de la hausse des taux d'intérêt, les banques ont constaté une réduction constante des demandes de dossiers parallèlement à une augmentation de l'apport personnel dans les différentes transactions. Cette situation, estime le responsable de l'Observatoire Crédit Logement-CSA, Michel Mouillart, est essentiellement due au fait que « plus de la moitié des acheteurs immobiliers aujourd'hui sont d'anciens propriétaires ».

Les professionnels du crédit restent toutefois confiants et ne prévoient pas dans l'immédiat de modifier leurs conditions d'octroi. Michel Mouillart précise qu'il n'y a « pas d'inquiétude à avoir sur la demande. Si l'offre suit, le marché se comportera bien. »

Vos réactions

Crédit immobilier - Pourquoi le crédit immobilier n'attire plus les français ?

Noter cet article :

1 1

Par loupenequet -

Beaucoup de discutions sont sans fondement car oter de leur substence. J'avais un HLM en 1971 avec 2 chambres je payais un loyer de 19 000 frs par mois alors que je gagnais 76 000frs par mois comme petit militaire de carrière : QM1 dans la marine Nationale. en faisant le rapport cela faisait environ 25% de mon revenu mensuel. maintenant le même grade fait 1200 € et le même loyer 400€ soit 33% du revenu mensuel la différence est beaucoup plus importante dans les locations privés dans ce contexte la impossible à personne de voir l'avenir clément.Les prêts à l'acquisition sont devenus une rente pour les banques faire un achat sur 50 ans c'est une servitude un esclavagisme indéfini . c'est une honte d'obliger les travailleur à s'alliener pendant 50 ans à une banque. Les Francais devraient refuser ce commerce de dupe à la façon d'un usurier.
Il faudra bien qu'un jour ou l'autre cela cesse, à résonner dans l'absurde pourquoi ne pas prendre de prêts sur 75 ans à la naissance par exemple par parents interposés!!!!???
Monde de fous.
réfléchissez les vieux disaient "il vaut mieux un petit chez soi qu'un grand chez les autres".
il n'y a pas de honte a être locataire. aussi faut-il que les locations soient abordable la c'est le travail de l'ETAT.

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Pourquoi le crédit immobilier n'attire plus les français ?

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page