En Ile-de-France les prix de l'immobilier sont partagés entre hausse et baisse

18/02/2011 à 09:19 - Immobilier - Par - Réagir

Baisse des prix de l'immobilier en Ile-de-France
En Ile-de-France les prix de l'immobilier sont partagés entre hausse et baisse

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

En a-t-on fini avec la franche hausse des prix de l'immobilier en Ile-de-France ? Si l'on n'en est pas encore là, les candidats à l'achat pourront toutefois se réjouir en constatant la baisse sensible affichée dans certains départements et relayée dans sa dernière étude par le courtier meilleurs agents.

Dévoilé ce jeudi 17 février 2011, le baromètre du mois de janvier réalisé par le courtier en agences immobilières meilleurs agents fait état d'une région Ile-de-France où hausse et baisse de prix se disputent désormais les départements. De l'avis du courtier, « le marché immobilier francilien n'est plus le même qu'il y a trois mois » et la région semble littéralement coupée en deux. Si la progression des prix de l'immobilier reste encore largement présente et conforte sa position dans les départements les plus riches, les autres enregistrent pour leur part un sensible ralentissement du marché allant même jusqu'à se traduire par une baisse des prix dans certains départements.

Dans le détail, la hausse des prix s'est maintenue à Paris (+2,4%), dans les Hauts-de-Seine (+1,8%) et dans une bonne partie des Yvelines (+1,4%). « Dans ces départements, des acheteurs peuvent encore absorber la hausse des taux et des prix historiquement hauts, mais les volumes de transactions sont en train de diminuer ». En janvier, le prix du mètre carré s'est en revanche affiché à la baisse en Seine-Saint-Denis (-2,6%) et dans le Val-de-Marne (-0,4%) où « le fossé se creuse entre des acheteurs à la peine et des vendeurs qui n'ont pas encore intégré que les prix étaient orientés à la baisse ».

Selon le courtier, la baisse des prix enregistrée en janvier s'explique essentiellement par la très nette remontée des taux de crédit immobilier. En faisant passer le taux moyen d'un emprunt sur 20 ans de 3,55% en octobre à 4% aujourd'hui, la hausse des taux de crédit a semble-t-il mis « hors jeu en premier les acquéreurs les plus modestes. En conséquence, les prix baissent, les délais de commercialisation s'allongent et les acheteurs négocient de plus en plus durement ». Si les acquéreurs potentiels ne doivent surtout pas précipiter leurs achats, les vendeurs se doivent quant à eux de « prendre conscience des réalités d'un marché maintenant déconnecté du marché parisien ».

Vos réactions

Immobilier - En Ile-de-France les prix de l'immobilier sont partagés entre hausse et baisse

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - En Ile-de-France les prix de l'immobilier sont partagés entre hausse et baisse

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page