Banque et crédit : sortie de la zone rouge, la banque Dexia flambe de nouveau

23/04/2009 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Banque et crédit : scandale et bonus chez Dexia
Banque et crédit : sortie de la zone rouge, la banque Dexia flambe de nouveau

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Alors que la France reste empêtrée dans ses crises économique et de l'immobilier, certains banquiers n'ont vraiment pas froid aux yeux. Les scandales aux bonus ne sont plus chasse gardée américaine et s'exportent désormais en Europe.

Au coeur de la tourmente financière des derniers mois de l'année 2008, menacée de faillite pour enfin être sauvée par l'Etat, la banque franco-belge Dexia retrouve une nouvelle fois les gros titres des quotidiens et alimente les critiques les plus acerbes. Après avoir renoncé à toucher près de 3,7 millions d'euros de bonus, Axel Miller, l'ex-patron de Dexia défrayait déjà la chronique ce lundi en se voyant attribuer une indemnité de départ de quelques 825.000 euros (indemnité perçue en plus d'un salaire fixe de 636.500 euros pour 9 mois).

Quand le vin est tiré, il faut le boire, parfois même jusqu'à la lie. Le journal Libération dévoilait donc ce matin le montant des bonus qu'aurait accordés la banque à ses dirigeants français pour l'exercice 2008. Ces derniers se seraient ainsi partagés, d'après Libération, près de 8 millions d'euros. « L'enveloppe allouée aux bonus pour la partie française de l'entreprise [aurait été] principalement versé[e] au top management », précise le quotidien.

Faux ! S'insurge le patron de Dexia récemment nommé, Pierre Mariani, « aucun membre d'aucun comité exécutif ou de direction du groupe, comme de ses principales filiales, n'a eu de rémunération variable au titre de 2008 ». Il ne remet toutefois pas en cause l'existence des bonus en question mais précise que les 8 millions auraient été partagés entre 765 employés du groupe. Outre ces rémunérations variables tant décriées ces dernières semaines, Libération pointe également du doigt le salaire personnel de Pierre Mariani en indiquant que le nouveau dirigeant se serait « octroyé un salaire fixe en hausse de 30 % » par rapport à celui touché par Axel Miller.

Si elles se trouvent fondées, les révélations faites ce matin par le quotidien pourrait bien venir ternir un peu plus l'image d'une banque déjà copieusement chahutée par la crise liée au subprime, ce prêt immobilier à risque américain. Une banque qui, rappelons-le, s'est vue recapitalisée en septembre 2008 de 6,4 milliards d'euros par les Etats français, Belges et Luxembourgeois.

Vos réactions

Crédit immobilier - Banque et crédit : sortie de la zone rouge, la banque Dexia flambe de nouveau

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Banque et crédit : sortie de la zone rouge, la banque Dexia flambe de nouveau

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page