Immobilier et écologie : Benoist Apparu décrypte les futures orientations

12/10/2009 à 14:42 - Immobilier - Par - Réagir

Benoist Apparu vante l'immobilier écologique
Immobilier et écologie : Benoist Apparu décrypte les futures orientations

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Avec la présentation du projet de loi de Finances 2010, le secteur de l'immobilier, construction en tête, semble résolument devoir être orienté sur la voie du développement durable. Entre dispositifs élargis et nouvelles mesures, le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu, revient sur la « politique ambitieuse » mise en place.

Face à un budget pour l'année 2010 marqué par une perspective de déficit record, Benoist Apparu se dit des plus satisfait par la part octroyée à ses secteurs d'activités que sont l'immobilier, la construction et l'urbanisme. « Cette année, nous avons eu deux mesures supplémentaires : la prorogation pour trois ans du prêt à taux zéro et le maintien du doublement du prêt à taux zéro jusqu'à fin juin puis sa majoration à 50% pour six mois. C'est un signe fort à tous les professionnels : le gouvernement maintient le cap », clame le secrétaire d'Etat qui se félicite d'ores et déjà des quelques 130 millions d'euros devant être alloués au Logement en matière « d'aides à la pierre ».

Paris La Défense accueillera cette semaine les 3èmes Rencontres de la performance énergétique, l'occasion pour Benoist Apparu de promouvoir l'ensemble des dispositifs nouvellement instaurés afin de concilier favorablement écologie et immobilier.

Concernant le verdissement annoncé de la loi de défiscalisation Scellier et de la déduction d'impôt des intérêts du crédit immobilier, Benoist Apparu estime qu'il aura un véritable rôle à jouer dans les secteurs de la construction et de la promotion. « Tous les professionnels s'accordent à reconnaître que ces outils ont permis un vrai soutien du secteur », déclare-t-il. Les systèmes actuellement en vigueur ne sont pas non plus à délaisser et si certains perçoivent déjà le rétrécissement du dispositif Scellier BBC d'un mauvais oeil, le secrétaire d'Etat rappelle que si l'obligation de construire des bâtiments basse consommation entrera en application le 1er janvier 2013, « cela ne se fera pas du jour au lendemain et nous avons besoin d'outils d'accompagnement pour organiser la transition en douceur ». Pour Benoist Apparu, « avoir un écart de 5% entre le taux de déduction fiscale pour le BBC et celui pour les non-BBC [...] paraît être un bon signal ».

En matière de formation des constructeurs, « le défi à relever est considérable : des centaines d'entreprises et leurs centaines de milliers de salariés doivent opérer le "verdissement" de leurs pratiques ». De l'avis du secrétaire d'Etat, se sont quelques 120.000 professionnels qui devront être formés d'ici à 2012.

Enfin, sur le front du diagnostic de performance énergétique (diagnostic DPE), Benoist Apparu estime qu'il s'agit plus d'un outil de sensibilisation que de recommandation. « Cet outil est perfectible, un monde professionnel est en train de se créer et va s'autoréguler ». Un dispositif pleinement performant passerait toutefois le coût d'un diagnostic DPE de 150 à 1500 euros.

Vos réactions

Immobilier - Immobilier et écologie : Benoist Apparu décrypte les futures orientations

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Immobilier et écologie : Benoist Apparu décrypte les futures orientations

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page