Immobilier : les copropriété subissent le poids des charges

28/11/2007 à 00:00 - Immobilier - Par - Réagir

Pas d'image disponible
Immobilier : les copropriété subissent le poids des charges

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

De 2000 à 2006, les charges de copropriété ont enregistré une hausse moyenne de 2,5%, accroissement minime comparé à celui qu'a connu l'année 2006.

Après deux ans de hausse ininterrompue, les charges de copropriété ont subi une augmentation conséquente de 5,7% pour le seul exercice 2006. Les facteurs de cette hausse sont divers mais l'élévation des dépenses de chauffage constitue le fondement de cet alourdissement des charges. Quelque soit le mode de chauffage en usage dans un bien immobilier en copropriété, les dépenses liées se sont considérablement accrues : elles représentent plus de 20% de l'ensemble des charges.

Cette augmentation résulte de deux principaux facteurs : la hausse des prix de l'énergie et la forte déperdition thermique enregistrée par le parc immobilier français.

Le chauffage urbain gagne +6,1%, le GPL +9,6%. Un logement chauffé au fioul affiche une hausse de +10,6% et un bien immobilier utilisant une installation au gaz naturel +12,7%. Quant au faible pouvoir isolant des logements, la démocratisation d'un diagnostic immobilier DPE (Diagnostic de Performances Energétiques) encore trop peu exploité devrait permettre une stabilisation des consommations d'énergie.

D'autres éléments comme les assurances, l'emploi d'entreprises extérieures (notamment pour assurer la sécurité ou l'entretien des lieux) ou encore des honoraires de syndic - parfois non justifiés - sont également synonymes d'accroissement de charges pour le propriétaire d'un bien immobilier en copropriété.

D'après l'étude annuelle menée par la CNAB (Confédération Nationale des Administrateurs de Biens), les charges de l'année 2006 se montaient à 21,1 euros par mètre carré. Evidemment, le type de bien immobilier, ainsi que sa situation géographique, influent fortement sur le montant des charges affiliées (les charges d'une copropriété luxueuses seront bien sûr plus élevées que celles d'un simple immeuble résidentiel).

Les montants les plus bas ont été enregistrés par l'Observatoire National des Charges de Copropriété de la CNAB au sein de villes telles que Rodez (7,4 euros par mètre carré), Saint-Lô (9,6 euros par mètre carré), Clermont-Ferrand et Toulon (toute deux affichant 10,3 euros par mètre carré). L'Ile de France, quant à elle, ne gâte pas les propriétaires puisque les charges se voient quasiment doublées par rapport aux villes de province (23,7 euros du mètre carré à Paris et jusqu'à 27,8 euros dans les Hauts de Seine).

Répartition des postes de dépenses au sein des charges de copropriété :

  • impôts locaux : 1%
  • eau froide : 11,6%
  • chauffage E.C.S. / fluides : 16,6%
  • chauffage E.C.S. / entretien : 4,1%
  • entretien des ascenseurs : 5,4%
  • consommation électrique : 2,5%
  • fournitures et entretien : 0,9%
  • frais de personnel : 16,8%
  • sociétés extérieures : 7,5%
  • assurances générales : 5,1%
  • travaux d'entretien : 8,3%
  • espaces verts : 2,6%
  • honoraires du syndic : 9,1%
  • autres charges : 8,4%

Vos réactions

Immobilier - Immobilier : les copropriété subissent le poids des charges

Noter cet article :

2 1

Par PEYRARD -

Bonjour, je souhaite connaitre le prix du M3 d'eau chaude sanitaire sur la base de la CNAB Lyon. Merci.
Peyrard

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - Immobilier : les copropriété subissent le poids des charges

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page