Construction : ça coince pour les logements sociaux

11/06/2014 à 13:04 - Immobilier - Par - Réagir

Construction : ça coince pour les logements sociaux
Construction : ça coince pour les logements sociaux

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Alors que Sylvia Pinel vient de réaffirmer sa volonté de développer l'offre de logements à destination des ménages les plus fragiles, l'Union sociale pour l'habitat (USH) fait part de sa vive inquiétude en constatant le sensible déclin enregistré par la construction de logements sociaux.

Construction : le cas du logement social inquiète

La semaine dernière, Sylvia Pinel, la ministre du Logement, lançait un appel à projet avec la ferme intention de proposer pour 2014 quelques 2000 logements accessibles aux ménages les plus modestes (puis 3000 par an à partir de 2015). Si une telle annonce a de quoi ravir les professionnels du logement social, son champ d'action apparaît bien trop restreint pour véritablement lever leurs inquiétudes. En effet, les 2000 logements que la ministre entend faire sortir de terre sont ce que l'on appelle des logements très sociaux (dont le loyer est inférieur de 20% à celui d'un logement social) réservés à une certaine catégorie de demandeurs (les ménages présentant un niveau de ressource inférieur à 1000 euros par mois). Or, ce sont avant tout sur les logements sociaux "classiques" que l'USH nourrit les plus vives inquiétudes. Des inquiétudes que Jean-Louis Dumont, son président, n'a pas hésité à transmettre à Sylvia Pinel à travers une lettre adressée le 4 juin dernier et dévoilée hier par l'Union.

L'USH lance un appel à Sylvia Pinel

"Cette situation est très préoccupante. Elle touche à la fois le secteur du bâtiment dans son ensemble et les milliers de personnes en attente d'un logement", explique Jean-Louis Dumont à la ministre. Après un exercice 2013 relativement satisfaisant (+14% de logements sociaux construits, soit 117.065 unités), les chantiers semblent se faire de plus en plus rares. Pour le président de l'Union sociale pour l'habitat, ce net ralentissement de la construction traduirait non seulement "un retard de mise en chantier des opérations programmées en vente en état futur d'achèvement (Véfa)" mais s'expliquerait également par la présence d'élections municipales et le blocage de nombreux programmes opéré par les équipes nouvellement élues. Dans ce contexte, l'USH appelle la ministre du Logement à "mener à terme les travaux engagés pour mobiliser le foncier et réduire les coûts de production, mais également exiger la mobilisation locale".

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page