Construction : le gouvernement s'arrange avec les chiffres

03/03/2015 à 11:42 - Immobilier - Par - Réagir

Construction : le gouvernement s'arrange avec les chiffres
Construction : le gouvernement s'arrange avec les chiffres

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

En modifiant en profondeur sa méthode de calcul, le gouvernement fait progresser le nombre de logements construits au cours des quatre dernières années de 180 000 unités.

La construction : un secteur en crise

Au fil des mois (voire des années), le secteur de la construction n'a eu de cesse de multiplier les mauvais résultats, mettant à mal le moral des professionnels mais également celui du gouvernement. Si le candidat François Hollande promettait en 2012 la sortie de terre de quelques 500 000 nouveaux logements chaque année, il est rapidement devenu évident que le compte ni serait pas. En 2014, seulement 298 000 mises en chantier ont ainsi été comptabilisées. Néanmoins, la relance de la construction reste une priorité que le gouvernement n'entend pas lâcher, quitte à prendre quelques libertés avec les chiffres…

La relance de la construction passe-t-elle par une révision des chiffres ?

Le 27 février dernier, le gouvernement a dévoilé de nouveaux chiffres officiels obtenus grâce à une refonte du mode de calcul jusqu'ici utilisé. Evoquant une « collecte enrichie de données statistiques en temps réel », le ministère du Logement a donc revu et corrigé sa façon de procéder, appuyant ses publications officielles sur de « nouveaux indicateurs pour gagner en fiabilité ». Si en pratique, cette réforme du mode de calcul ne bouleverse en rien l'évolution affichée au fil des ans par le secteur de la construction, à savoir une lente mais inexorable dégradation, elle en modifie toutefois l'ampleur. Au regard des nouveaux chiffres, depuis 2012, l'activité de ce secteur se serait repliée, non pas de 14,1% mais de 10,7%.

Intervenant peut-être tardivement, cette réforme vise à prendre en compte des logements dont la construction aurait été « oubliée » par les statistiques (égarée au fil d'un parcours administratif des plus sinueux). Une véritable manne pour le gouvernement puisqu'au cours de ces 10 dernières années, ceux-ci se comptent en centaines de milliers (290 000 logements). Pour le seul exercice 2014, le ministère aurait ainsi retrouvé pas moins de 58 600 mises en chantiers non comptabilisées. Dans le détail, les chiffres de 2011 s'enrichissent donc de 1500 logements neufs alors que ceux de 2012 et 2013 progressent quant à eux de respectivement 52 000 et 70 000 unités. S'il reste encore bien trop ambitieux, l'objectif des 500 000 constructions se rapproche donc, la production de logement passant en effet de 298 000 à près de 357 000 unités.

Nouveau mode de calcul : entre espoirs et interrogations

Si elle a de quoi réjouir des professionnels du secteur qui lui ont d'ailleurs réservé un accueil plutôt favorable, cette réforme du mode de calcul suscite des doutes quant à la fiabilité des publications officielles et alimente d'ores et déjà de vifs débats. « J'aimerais qu'on m'explique comment il se fait que pour 2011, les statistiques ont été corrigées à la hausse de seulement 1.500 logements alors qu'on a rajouté 180.000 logements à partir de 2012, une fois la gauche au pouvoir ? », s'interroge ainsi Benoist Apparu, l'ancien ministre du Logement.

Quant à François Payelle, président de la Fédération des promoteurs, il souligne qu' « en comptant les promoteurs, les constructeurs de maisons individuelles et les organismes HLM, en 2013 comme en 2014, le marché du logement neuf tournait autour de 300.000 ventes et agréments ». Or, une question s'impose d'elle-même : « qui sont les maîtres d'ouvrages pour le restant des 356.000 mises en chantier de l'an dernier ? ».

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page