Les ventes s'effondrent et l'inquiétude gagne l'immobilier neuf

09/08/2011 à 16:49 - Immobilier - Par - Réagir

Coup de massue sur l'immobilier neuf
Les ventes s'effondrent et l'inquiétude gagne l'immobilier neuf

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Le secteur de l'immobilier neuf serait-il en train de voir ressurgir le spectre de la crise de 2008 ? En dévoilant sa dernière note de conjoncture, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) constate en effet une inquiétante chute des ventes au cours du 1er semestre 2011.

Jusque-là soutenu par des dispositifs fiscaux efficaces (notamment le dispositif de défiscalisation Scellier), le marché de l'immobilier neuf vient d'accuser, sur les six premiers mois de l'année, une très nette baisse d'activité. Par rapport au premier semestre 2010, les ventes enregistrées en 2011 auraient ainsi chuté de près de 19% pour se porter à 34.060 unités.

Le chiffre a de quoi susciter l'inquiétude des professionnels du secteur et notamment de Marc Pigeon, président de la FPI, qui n'a pas hésité ce lundi à évoquer un retournement du marché. « Nous sommes inquiets même si le deuxième trimestre marque un léger ralentissement de la baisse (-17%) comparé au premier trimestre (-21%) », a-t-il avoué à l'AFP.

Si l'on reste encore loin des -37% enregistrés en 2008 (seulement 79.400 logements neufs avaient été vendus cette année-là), la Fédération des promoteurs immobiliers n'entend pas revivre une telle situation et en appelle au gouvernement pour appliquer une réaction appropriée. Selon Marc Pigeon, la réduction des avantages fiscaux du dispositif Scellier apparaît en effet comme la principale cause de ce recul des ventes (des avantages que le gouvernement envisage d'ailleurs de revoir une nouvelle fois à la baisse).

La FPI pointe également du doigt la hausse actuelle des taux de prêt immobilier et la disparition du prêt à taux zéro que le nouveau PTZ+ ne semble pas être parvenu à faire oublier. La Fédération regrette à ce sujet que ce Prêt à taux zéro Plus soit « attribué à plus de 70% à des logements anciens dont une grande partie ne répond pas aux critères de performance énergétique ».

Conservant l'espoir d'un redressement salvateur, la FPI estime qu'après les 106.000 et 115.000 ventes recensées en 2009 et 2010, l'année 2011 devrait quant à elle s'achever en-deçà du seuil symbolique des 100.000 logements neufs vendus.

Vos réactions

Immobilier - Les ventes s'effondrent et l'inquiétude gagne l'immobilier neuf

Noter cet article :

3 5

Par bbr -

Non, mais ça devient incroyable. Les aides de l'état pour soutenir un secteur devraient maintenant devenir la règle. Mais ces aides ne sont et ne doivent être que temporaires, comme la prime à la casse pour l'automobile. Après, c'est aux professionnels de se débrouiller pour faire vivre leur secteur d'activité. Et puis quoi encore. Il ne faudrait pas oublier non plus que ces aides proviennent des impôts que l'on paye, et que bien souvent, elles se retrouvent dans la poche des vendeurs qui en profitent pour augmenter leur prix. Ca devient vraiment éc½urant ! A la moindre baisse d'activité, il faudrait maintenant que l'état, donc "nous", mette en place une série de mesures, en gros donne du fric !!

Lire la suite

Par boum -

sans blague ?? mais je croyais qu'il n'y avait PAS ASSEZ de logements dans notre si vaste pays agricole ???

Lire la suite

Par louison -

je suis en accord total avec BBR et pourtant je vais investir en scellier car je pense que la "pierre" est encore ce qu'il y a de palpable et moins pollué au regard des événements boursiers et autres; donc l'ETAT doit faire des économies partout ou cela est possible sauf à enrayer la machine économique. Il y a trop longtemps que ces Décideurs dépensent au-dessus de nos moyens!

Lire la suite

Par thierry -

pourquoi pas demander au gouvernement de payer les honoraires aux agents et courtiers immobiliers qui s'en mettent plein les poches et ne faire que du taux zéro financé par le contribuable !

Lire la suite

Par MILLET -

Je suis d'accord avec les deux précédentes réactions. Il n'y a pas de raisons pour que les contribuables couvrent les augmentations de marge des promoteurs immobiliers. Il y atrop de personnes qui vivent de l'Etat. Il faut revenir à des marchés plus concurrentiels où la marge bénéficiaire ne serait pas un don de la nation.

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - Les ventes s'effondrent et l'inquiétude gagne l'immobilier neuf

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page