Crédit immobilier : la baisse des taux est derrière nous

04/06/2015 à 15:35 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Crédit immobilier : la baisse des taux est derrière nous
Crédit immobilier : la baisse des taux est derrière nous

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

N'en déplaise aux candidats à l'emprunt, le mouvement de baisse des taux est désormais considéré par les professionnels du secteur comme de l'histoire ancienne.

Les taux soufflent le chaud et le froid sur le crédit immobilier

En ce mois de mai 2015, les observateurs (qu'ils soient particuliers ou professionnels) ont bien du mal à se faire une idée de ce que leur réservent les taux de crédit immobilier. Alors que les plus optimistes pariaient sur la poursuite d'une baisse engagée de maintenant plus d'un an et demi, la banque LCL créait la surprise en relevant, le 20 mai dernier, son taux sur 20 ans. Conjugué à une progression de l'OAT 10 ans (passé de 0,35% à 1% en un peu plus d'un mois), il n'en fallait pas plus pour voir les esprits s'échauffer devant la perspective d'une remontée des taux généralisée. Si les professionnels furent toutefois nombreux à ne voir dans ce mouvement de hausse qu'une simple initiative isolée sans grande conséquence sur le reste du marché, le doute semblait définitivement devoir s'envoler avec la publication du dernier baromètre du courtier Meilleurtaux. Constatant un énième repli des taux, celui-ci soulignait alors que « les moyennes observées sont donc toujours en baisse, preuve que la tendance dominante en mai dans les établissements bancaires était bien baissière ».

Pourquoi une hausse des taux est-elle envisageable ?

Le scénario d'une hausse des taux semblait donc se dissiper, tout au moins jusqu'à ce début du mois de juin où le spectre d'une remontée revient planer avec insistance au-dessus des taux de crédit. « Début juin 2015, quatre banques ont relevé leurs barèmes, des hausses qui varient de 0,10 à 0,25 », annonce à ce sujet Ludovic Huzieux, directeur associé d'Artemis Courtage. Celui-ci n'est d'ailleurs pas le seul à faire état d'une hausse des taux bien réelle. Cécile Roquelaure pointe du doigt la progression de l'OAT 10 ans mais souligne également le fait que « certaines banques ont atteint leurs objectifs commerciaux. Moins pressées de conquérir de nouveaux clients, elles remontent leurs barèmes pour reconstituer leurs marges ». Pour la directrice communication du courtier Empruntis cela ne fait donc plus aucun doute, « l'épisode exceptionnel de baisse des taux observé depuis dix-huit mois est derrière nous ».

Quand les banques veulent fermer le robinet du crédit

Si la concurrence que se livraient jusqu'ici les banques semble donc perdre de son intensité, il ne s'agit toutefois pas là de la seule explication à une possible remontée des taux. Pour Philippe Taboret, directeur adjoint du courtier Cafpi, les établissements croulent depuis plusieurs semaines sous les dossiers de nouveaux crédits auxquels s'ajoutent un boom impressionnant des demandes de renégociation (les particuliers souhaitant profiter de l'exceptionnelle attractivité des taux). Or, agir sur les barèmes permettrait aux banques d'endiguer cet afflux massif de nouveaux dossiers et de s'octroyer ainsi un appréciable bol d'air. « Des établissements augmentent leurs tarifs pour réguler une demande trop importante, ce qui leur laisse le temps de digérer les nombreux dossiers déposés ce printemps », note ainsi le courtier.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page