Crédit immobilier : le portrait de l'emprunteur type de 2014

19/01/2015 à 14:33 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Crédit immobilier : le portrait de l'emprunteur type de 2014
Crédit immobilier : le portrait de l'emprunteur type de 2014

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Quels emprunteurs ont véritablement profité des conditions de crédit immobilier particulièrement exceptionnelles observées en 2014 ? Une question à laquelle tente de répondre le courtier Immopret.

Crédit immobilier : le grand retour des primo-accédants

Si l'on en croit la dernière étude publiée par Immopret, ce sont finalement les primo-accédants qui ont su tirer leur épingle du jeu en 2014. Présentée comme un bilan de l'année écoulée, cette enquête fait en effet la part belle aux emprunteurs qui ont concrétisé pour la première fois un projet immobilier. Ces derniers auraient ainsi porté l'activité du courtier en représentant 74% des dossiers traités (soit 18 957 ménages).

Comment les français ont emprunté en 2014 ?

En pratique, Ulrich Maurel note que « les taux d'intérêts très bas ont contribué à améliorer le pouvoir d'achat des ménages ». Evaluant à +17,5% la progression de la capacité d'achat des emprunteurs entre 2010 et 2015, le fondateur du courtier précise toutefois que « les banques resserrent de plus en plus leurs critères de risques: les ménages doivent mieux préparer leur achat pour obtenir un accord, et les profils les plus « à risque » sont écartés, ce qui bénéficie à la moyenne nationale ». Dans le détail, en 2014 les candidats à l'achat ont en moyenne opté pour un bien immobilier plus cher de +3,5% (149 936 euros) et ont souscrit un crédit d'un montant supérieur de +2,1% (151 498 euros) par rapport à l'année précédente.

Les primo-accédants de nouveau dans la course à l'achat

Concernant les primo-accédants, ils semblent avoir opéré leur grand retour sur le devant de la scène en s'engageant sur un crédit immobilier moyen s'établissant à 144 849 euros (soit un montant en hausse de +1,5% par rapport à 2013). Si leur apport personnel s'affiche pour sa part en nette hausse (23 259 euros à +8,6%), la faiblesse des taux d'intérêt a toutefois réduit leur durée d'engagement de 5 mois (253 mois en moyenne) et leur a également permis de viser plus haut. La valeur moyenne des biens immobiliers acquis par des primo-accédants en 2014 s'est en effet appréciée de +4,2% pour se porter à 141 117 euros. « Les taux bas permettent aux primo-accédants de se lancer plus jeunes dans leur projet d'acquisition. Leur profil évolue également en raison des critères de risque des banques: des projets mieux préparés pour des banques plus exigeantes », explique Ulrich Maurel en soulignant que les primo-accédants sont aujourd'hui plus aisés (+1,7% avec un revenu mensuel de 2076 euros) mais aussi plus âgés (+2 ans, soit 30 ans en moyenne).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page