Crédit immobilier : les banques n'arrivent pas à suivre

24/06/2015 à 16:03 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Crédit immobilier : les banques n'arrivent pas à suivre
Crédit immobilier : les banques n'arrivent pas à suivre

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si l'on en croit le courtier Credixia, submergées par les demandes de crédits les banques n'arriveraient pas à tenir les délais, mettant ainsi en péril le projet immobilier de bon nombre de particuliers.

Les banques croulent sous les demandes de crédit

Chaque pièce a son revers et le courtier Credixia pointe aujourd'hui du doigt ce qui pourrait bien être l'un des principaux effets négatifs de déclarait sa porte-parole la semaine dernièrel'exceptionnelle attractivité des taux, tout au moins pour les particuliers. Ce n'est désormais plus un secret, si la demande de crédits immobiliers a nettement progressé depuis le début de l'année, déclarait sa porte-parole la semaine dernièrele rachat de crédit a pour sa part littéralement explosé. Qu'ils soient candidats à l'achat ou emprunteurs souhaitant renégocier leur prêt, les français se sont rués en masse chez leur banquier pour profiter des taux extrêmement bas que nous connaissons actuellement. Or, devant cet afflux massif de demandes, les établissements bancaires éprouvent toutes les peines du monde à suivre la cadence.

Crédit immobilier : 20 jours de plus pour traiter un dossier

« Les retards sont devenus un fait courant dans le traitement des dossiers. Toute la chaîne du financement immobilier tourne désormais au ralenti dans les banques », explique ainsi Credixia. Un engorgement qui se traduit désormais par des accords de principe dont le délai d'obtention moyen est passé en quelques semaines de 48h à près de 10 jours. PDG de la société de courtage ACE crédit, Joël Boumendil dresse un constat similaire, précisant que si une quinzaine de jours étaient d'ordinaire suffisants pour traiter un dossier, s'est aujourd'hui pas moins de 35 jours que les candidats à l'emprunt (ou au rachat de crédit) doivent patienter.

Quand les retards bancaires mettent les transactions en danger

Si les banques tentent désormais de rétablir la situation en appliquant des hausses de taux destinées à inciter certains candidats à reporter leur projet, de tels retards peuvent néanmoins avoir de fâcheuses conséquences pour les particuliers. « C'est devenu un vrai parcours du combattant pour obtenir un crédit et les acheteurs sont tenus par la date butoir de leur promesse de vente », note ainsi Credixia. En d'autres termes, faute de disposer du financement dans les temps impartis, certains acheteurs voient leur transaction leur passer sous le nez. Une situation qui commence d'ailleurs à inquiéter les professionnels du secteur. A l'occasion de la signature d'un compromis de vente, le courtier conseille ainsi à ses clients de « négocier un délai supplémentaire en le prorogeant de deux à trois semaines ».

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page