Crédit immobilier : la distribution du crédit à la peine

10/03/2009 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Crédit immobilier : une production bien maigre
Crédit immobilier : la distribution du crédit à la peine

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

L'Observatoire du crédit aux ménages témoignait la semaine dernière du réel désengagement des particuliers à l'encontre de cette solution de financement et notamment envers le prêt immobilier. Comparant les chiffres relevés en 2007 et 2008, l'Observatoire notait ainsi un franc recul du nombre d'emprunteurs de près de 12%. Publiée ce lundi 9 mars 2009, une étude de la Banque de France confirme le frêle état de santé affiché actuellement par le crédit immobilier.

Alors que l'Observatoire du crédit aux ménages ciblait son enquête sur le nombre d'emprunteur, celle la Banque de France, quant à elle, porte plus particulièrement sur la production du prêt immobilier : deux axes d'études sont certes indissociables qui attestent tous deux du marasme dans lequel baigne aujourd'hui le petit monde du crédit. Selon la Banque de France, le montant cumulé des emprunts octroyés entre le 1er février 2008 et le 31 janvier 2009 enregistre une décrue de 28%, atteignant péniblement les 103,4 milliards d'euros.

« Depuis le pic de novembre 2006, la baisse atteint 34% », surenchérit même Cyril Blesson. Pour le directeur de la recherche économique chez Seeds Finance, les raisons d'une telle régression sont multiples mais parfaitement identifiables : « initialement, un durcissement des conditions de financement ; une baisse marquée de la demande de crédit de la part des ménages ; plus récemment la baisse des prix, qui mécaniquement diminue les sommes empruntées, alors même que les apports sont en hausse ».

Les établissements bancaires ont certes consenti à bien des efforts afin de procéder au relâchement des conditions d'octroi de leurs crédits mais en ont toutefois minimisé les effets en éliminant progressivement de leur catalogue les emprunts contractés sur 25 ou 30 ans. En outre, si l'on ne cesse actuellement d'évoquer la baisse des taux de crédit immobilier, celle-ci ne semble donc pour l'heure pas suffisante pour guérir le secteur d'un mal profondément ancré.

Et pourtant, bon nombre d'observateurs misent justement sur cette baisse des taux pour relancer la distribution du crédit et par la même une bonne part de l'économie (un recul des taux accompagné de la baisse des prix de l'immobilier et des nouveaux dispositifs instaurés par l'Etat que sont l'éco-prêt à taux zéro ou encore le PTZ doublé). Chose inimaginable il y a encore quelques semaines, la Banque centrale européenne (BCE) se dit d'ailleurs prête à envisager un éventuel taux zéro pour son principal indicateur si la situation économique venait à se dégrader. « En cas d'aggravation de la situation, la BCE est prête à réduire à nouveau ses taux d'intérêt, même à zéro », précise Lorenzo Bini Smaghi, membre du directoire de la BCE avant d'ajouter que « ce serait encore plus le cas si l'économie était véritablement menacée de déflation durable. Et, dans un tel cas, la meilleure approche serait d'agir plutôt rapidement qu'avec retard ».

Vos réactions

Crédit immobilier - Crédit immobilier : la distribution du crédit à la peine

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Crédit immobilier : la distribution du crédit à la peine

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page