Crédit et bonus : un malus pour les traders, des regrets pour le crédit

26/08/2009 à 09:39 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Crédit : pas de cadeau pour les bonus des traders
Crédit et bonus : un malus pour les traders, des regrets pour le crédit

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Sur fond de polémique, Nicolas Sarkozy recevait donc ce mardi 25 août à l'Elysée une délégation des dirigeants des grands groupes bancaires français. Avec pour thèmes principaux les bonus et le crédit (prêt immobilier, aux ménages ou aux entreprises), la rencontre d'hier a accouché de mesures que certains qualifient de fortes quand d'autres les estiment décevantes.

Au sortir d'une réunion attendue et observée d'un oeil critique, les traders conservent certes leurs bonus mais gagnent également un malus. Avec l'aval de la fédération bancaire, Nicolas Sarkozy touche donc au sacrosaint système des bonus. Les banques pourront continuer à verser à leurs traders des primes et des rémunérations dites variables mais ces dernières devront être désormais assorties d'une obligation de résultats.

En clair, si le trader souhaite toucher l'intégralité de son bonus, il devra auparavant prouver ses compétences puisque dans un premier temps seule une partie de l'enveloppe qui lui est destinée lui sera versée (la moitié voire moins). Le reste ne pourra être perçu qu'au terme d'une période de 3 ans au cours de laquelle l'apport du trader à l'entreprise sera évalué. La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, explique sur LCI que « quand un trader a droit à un bonus, il n'en percevra qu'une partie, l'autre sera mise en risque si, l'année suivante, il réalise de mauvaises opérations ».

Après 7 rencontres infructueuses en l'espace d'un an, le Président de la République a donc une nouvelle fois tapé du poing sur la table, alliant cette fois-ci le geste à la parole. « Pas de bonus sans malus, ce n'est pas à tous les coups on gagne », a-t-il déclaré en affirmant vouloir voir les grands banquiers faire preuve de « plus de transparence, plus de contrôle, plus de responsabilité ».

A l'approche du G20 de Pittsburgh, programmé le 24 septembre prochain, Nicolas Sarkozy entend donc bien présenter aux yeux du monde un modèle de banques au « comportement exemplaire ». Pour ce faire, Michel Camdessus, ex-directeur général du Fond monétaire international (FMI), se voit bombardé superviseur des rémunérations. A charge pour lui de déterminer si les 100 rémunérations les plus élevées s'avèrent conformes aux règles désormais édictées.

Concernant le second grand sujet de la réunion, à savoir la distribution du crédit, qu'il s'agisse du crédit aux entreprises, aux ménages ou du prêt immobilier, les observateurs n'ont bien souvent, après cette rencontre, qu'un seul mot à la bouche : déception... Le président de l'Association française des usagers de banques (AFUB), Serges Maître, s'avoue même « consterné ». « Le thème de cette réunion était Bonus et crédits. Nous craignions que les bonus servent de boucs émissaires et que les crédits passent à la trappe. C'est exactement ce qui s'est passé », tempête-t-il avant d'ajouter « on en est resté au stade de la déclaration de principe. Les bonus, c'est plus sexy, mais ça ne change rien à la réalité d'un chef d'entreprise confronté à un problème de trésorerie ».

Pour la Confédération générale des petites et moyennes entreprises, « le président s'est contenté de répéter que les banques devaient jouer leur rôle dans l'économie réelle, mais aucune sanction n'a été annoncée ». Sans perdre tout espoir de voir le gouvernement imposer une quelconque mesure aux banques et organismes de crédit, l'AFUB se fait l'écho des regrets suscités par une rencontre stérile sur le plan du crédit : « les banques ont réalisé d'énormes bénéfices au premier semestre, BNP Paribas a par exemple dégagé trois milliards d'euros, en grande partie grâce à des produits comparables aux subprimes. Il était donc possible de leur demander d'orienter une partie de ces profits vers l'économie réelle ».

Vos réactions

Crédit immobilier - Crédit et bonus : un malus pour les traders, des regrets pour le crédit

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Crédit et bonus : un malus pour les traders, des regrets pour le crédit

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page