Crise financière : BNP Paribas rachète Fortis et devient numéro un

06/10/2008 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Crise : BNP Paribas rachète Fortis
En s'emparant du bancassureur Fortis, BNP Paribas renforce considérablement ses positions.

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si la récente recapitalisation du bancassureur Belgo-néerlandais Fortis a pu rassurer certains esprits (11,2 milliards d'euros versés conjointement par la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas), la crise financière (initiée par l'effondrement du crédit immobilier à risque américain) continuait dans l'ombre son travail de sape. Protéger les épargnants en assurant au groupe une assise financière conséquente, voilà donc l'un des objectifs visés par BNP Paribas qui a procédé, cette nuit, au rachat de Fortis.

La banque française devrait désormais détenir 75% des parts de l'Etat belge dans les activités bancaires du groupe (100% en ce qui concerne l'activité d'assurance - assurance vie de Fortis en Belgique) ainsi que 66% des parts du Grand-duché du Luxembourg. BNP Paribas acquière ainsi le contrôle de la banque du Benelux, mais Belgique comme Luxembourg conservent toutefois la minorité de blocage (les Pays-Bas, quant à eux, ont procédé vendredi dernier à la nationalisation totale du bancassureur en Hollande). Si le rachat de Fortis est estimé à 14,7 milliards d'euros, BNP Paribas ne devrait toutefois pas avoir à engager le moindre euro dans l'opération. En effet, il s'agit ici d'une OPE (offre publique d'échange) qui voit l'établissement français récupérer la majorité des actions de l'Etat belge alors que celui-ci, dans le même temps, acquière une part non négligeable d'actions de la BNP.

Son entrée au capital de BNP Paribas à hauteur de 11,6% (valeur estimée à 8,25 milliards d'euros) fait de la Belgique l'actionnaire majoritaire du groupe français (devant l'assureur AXA). Une aubaine pour Baudouin Prot, directeur général de BNP Paribas, qui voit cette participation de l'Etat « conforter les fonds propres et la solidité » de la banque. Le Luxembourg, quant à lui, acquière 1,1% du capital de la BNP.

Perdant de son pouvoir décisionnel, BNP Paribas gagne pourtant sur de nombreux tableaux. Le groupe accroit ainsi considérablement son poids sur le plan européen en devenant, avec 600 milliards d'euros, leader au montant des dépôts mais également au nombre d'agences (1.500 établissements supplémentaires). Une place confortée par une participation belge et luxembourgeoise qui permet à la banque de proposer aux yeux de ses clients un profil à la solidité importante. Ce dernier point paraît essentiel à l'heure où la crise financière actuelle tend à éroder la confiance des épargnants.

Si le rachat effectué par BNP Paribas devrait grandement stabiliser le groupe Fortis, ce dernier devrait également se voir soumis à une restructuration essentielle pour sa pérennité. En effet, les actifs insolvables du bancassureur (actifs comprenant notamment du crédit immo et du prêt hypothécaire) devraient être dissociés des actifs sains et regroupés au sein d'une nouvelle structure. L'ensemble de ces actifs douteux, d'une valeur de 10,4 milliards d'euros, sera conjointement géré par BNP Paribas (à hauteur de 10% de participation), la Belgique (24%) et le groupe Fortis (66%).

Vos réactions

Crédit immobilier - Crise financière : BNP Paribas rachète Fortis et devient numéro un

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Crise financière : BNP Paribas rachète Fortis et devient numéro un

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page