Crise immobilière : la FED appelle les banques à réagir

10/03/2008 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Crise : les banques doivent réagir
Crise immobilière : la FED appelle les banques à réagir

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Afin de juguler la crise de l'immobilier actuelle, la FED (banque centrale américaine) espère une réaction énergique de la part des banques.

Triste record que celui atteint au quatrième trimestre 2007 par la crise du crédit immobilier sévissant aux Etats-Unis. En effet, Mortgage Bankers Association a rendu publique une enquête révélant que le pourcentage d'emprunts immobiliers ayant fait l'objet d'une procédure de saisie s'était élevé, en fin d'année 2007, à près de 0,83%. Une envolée de grande ampleur puisque l'année précédente ce même pourcentage s'était stabilisé à 0,54%.

Afin de résorber une situation mettant en péril bon nombre de ménages (notamment ceux qui ont contracté un crédit immobilier à risque ou subprime), le président de la FED (la banque centrale américaine), Ben Bernanke, a encouragé ce mardi 04 mars 2008 les différentes banques à produire une « réponse vigoureuse », estimant que « réduire les procédures de saisies qui peuvent être évitées permettrait de promouvoir la stabilité pour les ménages, les quartiers et l'ensemble du pays. Même si les prêteurs ont intensifié leurs efforts (...), on peut, et il faut en faire plus ». Selon lui, le nombre de crédits immobiliers en défaut de paiement et celui des saisies immobilières devraient continuer à croître « pendant un certain temps » : la hausse des taux d'intérêts jumelée à la baisse des prix de l'immobilier engendreraient une réévaluation haussière de près de 40% des emprunts immobiliers à risque (subprime), augmentant encore un peu plus le montant des mensualités de quelques 1,5 millions de ménages américains.

Exhortant les banques et autres organisme de crédit à explorer toutes les solutions possibles pour sortir de la crise des emprunteurs proches de l'insolvabilité, Ben Bernanke a ajouté que « l'ampleur et les incertitudes entourant les pertes prévisibles lors d'une saisie laissent penser qu'il y a une marge de manoeuvre considérable pour négocier un accord » avantageux pour chacune des parties. Plusieurs pistes d'actions ont alors été évoquées : repli des taux d'intérêt, allongement de la durée de remboursement du prêt immobilier, etc. C'est toutefois la réévaluation à la baisse du capital dû qui semble obtenir sa préférence : « Jusqu'à présent, les modifications des prêts ont généralement porté sur une réduction des taux d'intérêt, tandis que les réductions du capital dû ont été rares [ce genre de dispositif] pourrait être un moyen relativement plus efficace d'éviter des défauts de paiements et des saisies ».

Conscient que la crise actuelle de l'immobilier représente encore une réelle menace de récession pour l'économie américaine mais également qu'une telle mesure ne se ferait pas sans générer une levée de boucliers de la part des banques, le président de la banque centrale a tenu à rappeler qu' « une réduction du principal pourrait augmenter le remboursement prévu en réduisant le risque de défaut de paiement ou de saisie ».

Vos réactions

Crédit immobilier - Crise immobilière : la FED appelle les banques à réagir

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Crise immobilière : la FED appelle les banques à réagir

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page