Duflot, la mal-aimée !

02/12/2013 à 12:16 - Immobilier - Par - Réagir

Duflot, la mal-aimée !
Duflot, la mal-aimée !

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Début novembre, un sondage OpinionWay pointait du doigt la cote de popularité en net repli de Cécile Duflot. Force est de constater qu'un petit mois, certes particulièrement mouvementé en matière d'immobilier, n'aura pas été suffisant pour que la ministre du Logement redore son image auprès des français. Si l'on en croit un sondage BVA, ceux-ci seraient en effet une large majorité à voir en elle une “mauvaise ministre”.

Pour la ministre du Logement l'état de grâce semble bel et bien révolu. Après avoir sérieusement été écornée par le sondage OpinionWay dévoilé début novembre (lequel portait sa cote de popularité à 28% d'opinions favaorables), Cécile Duflot risque bien de ne pas goûter le sondage BVA paru ce dimanche dans le Parisien / Aujourd'hui en France. Celui-ci vient en effet confirmer ce que la précédente enquête laissait entrevoir : Cécile Duflot serait la figure politique la moins aimée des français (parmi les 11 citées dans le sondage).

Dans le détail, si la ministre du Logement recueille contre elle pas moins de 74% d'opinions défavorables, les français sont près de 7 sur 10 (69%) à la considérer comme une "mauvaise ministre", voire même comme un "handicap" pour le gouvernement. Un ressentiment affiché quasi unanimement par les sympathisants de l'opposition (92%) mais également partagé par bon nombre de français de gauche. Appréciée des Ecologistes (sa famille politique), Cécile Duflot ne recueille que 53% d'opinions favorables auprès des sympathisants de gauche, payant sans doute ici ses nombreuses prises de positions allant parfois à l'encontre de la parole gouvernementale.

Outre une certaine liberté d'esprit qu'elle entendait afficher au sein du gouvernement, Cécile Duflot semble également faire les frais d'une politique du Logement en demi-teinte. Si la ministre souhaitait incarner le renouveau de ce secteur, elle semble aujourd'hui n'avoir réussi qu'à associer son nom à diverses mesures et dispositifs, souvent objets des plus vives critiques. Entre un dispositif de défiscalisation Duflot peu convaincant et un projet de loi Alur (loi Duflot) suscitant plus d'inquiétudes que d'espoir auprès des professionnels de l'immobilier et des propriétaires, le bilan politique de Cécile Duflot est perçu comme nettement négatif par une majorité de français. Rien d'étonnant donc à ce qu'ils soient 54% à se prononcer en faveur d'un départ des Verts du gouvernement.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page