Le rebond de l'immobilier marque-t-il la fin de la crise ?

30/11/2009 à 10:47 - Immobilier - Par - Réagir

Est-ce la fin de la crise de l'immobilier ?
Le rebond de l'immobilier marque-t-il la fin de la crise ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Annoncé par les Fédérations de professionnels (FNAIM en tête), observé par les agents immobiliers (Century21, Laforêt Immobilier) puis confirmé par les notaires de Paris Ile-de-France, le rebond du marché immobilier semble désormais bien réel. Faut-il toutefois y voir la fin programmée d'une crise qui n'aura alors duré qu'un an ? Si Michel Mouillart relativisait la semaine dernière l'impact de cette reprise (voir notre article), Mathilde Lemoine, directrice chez HSBC France, remet quant à elle en cause sa pérennité.

Dans un entretien donné au site internet Capital.fr, Mathilde Lemoine évoque en effet une probable rechute à courts termes de l'immobilier. « L'embellie n'est que temporaire », souligne la directrice des Etudes et de la Stratégie des marchés de HSBC, « la stagnation des salaires et la hausse du chômage vont de nouveau gripper le marché au cours des prochains mois ». La reprise observée actuellement constitue bel et bien une réalité, concède-t-elle, preuve en est l'impressionnante hausse des ventes de logements neufs enregistrée au 3ème trimestre 2009 (+65% par rapport au 3ème trimestre 2008).

Le prêt à taux zéro sans cesse remanié et le dispositif de défiscalisation Scellier semblent avoir pleinement joué leurs rôles, ce dernier soutenant notamment « avec force ce secteur » de l'immobilier. S'il apparaît tentant de parler là de reprise, Mathilde Lemoine vient immédiatement tempérer les ardeurs en soulignant la prématurité d'un quelconque optimisme. « La stagnation des loyers risque de limiter l'attrait de l'investissement locatif au cours des prochains mois. Et les dispositifs Robien et Borloo vont disparaitre début janvier 2010. Dans ces conditions, la demande pourrait, de nouveau, se tasser et les prix des logements neufs baisser d'au moins 2% en 2010 », explique-t-elle. La nouvelle orientation écologique donnée à la déduction d'impôt des intérêts du crédit immobilier devrait également venir perturber la progression des transactions.

Sur le front des prix de l'immobilier, si l'on en croit la directrice des Etudes chez HSBC, après avoir affichés une baisse de près de 8% au cours des 12 derniers mois, les prix des logements devraient vraisemblablement enregistrer « un recul supplémentaire d'au moins 5% en 2010 ». Une baisse des prix de l'immobilier qui devrait d'ailleurs se généraliser et n'épargner aucune agglomération, pas même la capitale.

Enfin, Mathilde estime que « seule une baisse des prix de l'immobilier d'au moins 20% sur plusieurs années permettra d'améliorer la solvabilité des acheteurs et de relancer durablement les ventes ». Un prévision qui a donc de quoi, sinon susciter l'inquiétude, tout au moins refréner l'euphorie manifestée par certains observateurs.

Vos réactions

Immobilier - Le rebond de l'immobilier marque-t-il la fin de la crise ?

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Le rebond de l'immobilier marque-t-il la fin de la crise ?

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page