Estimation immobilière : les professionnels s'insurgent contre Bercy

21/08/2013 à 10:47 - Immobilier - Par - Réagir

Estimation immobilière : des professionnels en colère
Estimation immobilière : les professionnels s'insurgent contre Bercy

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

On l'évoquait la semaine dernière, le ministère des Finances proposera très prochainement un outil en ligne permettant d'estimer la valeur d'un logement grâce aux bases de données du Fisc. Si le gouvernement empiète ici sur les plates-bandes des professionnels de l'immobilier, c'est derniers ne se privent pas pour critiquer ouvertement l'initiative ministérielle.

En offrant aux particuliers la possibilité de consulter les bases de données, jusque-là réservées à l'administration fiscale, recensant toute transaction immobilière, le ministère des Finances a également suscité la colère des professionnels du secteur. Destiné à établir l'estimation la plus juste de la valeur vénale d'un bien, l'outil qui sera bientôt mis en ligne sur le site du ministère entend prendre position sur un secteur de l'immobilier considéré jusqu'à présent comme la chasse gardée des professionnels (agents, notaires) et de quelques prestataires en ligne. Il n'en fallait pas plus pour que ces derniers organisent la levée de boucliers et fustigent ce concurrent de poids.

Première à monter au créneau, la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) n'hésite ainsi pas à souligner le caractère superficiel du dispositif. « On fait croire aux Français qu'ils peuvent estimer eux-mêmes un bien en remplissant quelques cases dans un logiciel, plutôt que de faire appel à des professionnels qui ont le savoir-faire et l'expertise », lance ainsi son président, Jean-François Buet. Celui-ci s'interroge par exemple sur la façon dont le simulateur du ministère évaluera l'impact d'éventuels travaux sur le prix estimé du logement.

En outre, la Fnaim craint que le lancement de cet outil n'engendre une multiplication des contrôles opérés par le fisc et incite parallèlement l'administration à faire preuve de plus de sévérité lors des redressements. « Jusqu'à présent, si vous étiez de bonne foi, vous pouviez obtenir la remise des pénalités. À l'avenir, comment plaider la bonne foi, s'il suffisait de consulter un fichier pour savoir ? », note-t-elle.

Néanmoins, tous les professionnels de l'immobilier ne sont pas forcément hostiles à cette initiative. Dans un communiqué publié par la Chambre des propriétaires, Denys Brunel, son président, se veut plus mesuré, soulignant que, « comme tout service public ayant vocation à faciliter les démarches des administrés, ce nouvel outil est à accueillir favorablement. A condition toutefois d'en faire bon usage ».

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page