Colis piégé au sein d'un cabinet d'avocats spécialisé en immobilier

07/12/2007 à 00:00 - Immobilier - Par - Réagir

Pas d'image disponible
Colis piégé au sein d'un cabinet d'avocats spécialisé en immobilier

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Qui aurait pu en vouloir à un cabinet d'avocats spécialisé en droit immobilier et affaires civiles ?
C'est à cette question que les enquêteurs devront répondre.
Ce jeudi 6 décembre, peu avant 13h, un colis piégé a explosé dans les locaux du cabinet de Me Catherine Gouet-Jenselme et Me Olivier J. Brane situé au 52 boulevard Malesherbes dans le 8ème arrondissement de Paris (considéré comme étant celui du pouvoir).
Visiblement adressé à l'un des deux avocats, c'est l'assistante de Me Olivier J. Brane qui ouvrira le colis (une caisse en bois), déclenchant par la même occasion l'un des deux systèmes explosifs qu'il contenait. Elle décèdera peu après alors que Me Brane sera gravement blessé aux mains ainsi qu'à un oeil.

Par la suite, un policier précisera que l'explosion, de faible intensité, a visiblement été étudiée pour n'atteindre que les personnes ouvrant le colis ou se trouvant à proximité.
Mais pourquoi intenter à la vie de ces avocats ? Spécialisé dans les affaires civiles et notamment en droit de l'immobilier, Me Brane est considéré comme un avocat des plus réputés en ce domaine.
La police n'écarte aucune piste mais selon les proches de Me Catherine Gouet-Jenselme, cette dernière ignore totalement ce qui a pu motiver un tel acte : « elle ne s'occupe pas d'affaires sensibles, mais plutôt de conflits d'assurances, d'affaires de divorce et immobilières ».

A l'heure actuelle, les enquêteurs s'efforcent d'identifier le coursier qui aurait livré le colis piégé au 5ème étage de cet immeuble. Les vidéos de surveillance ont déjà pu révéler qu'il s'agissait d'une femme de petite taille, au teint mat et portant un casque de moto.
La police devrait également passer au crible les différents dossiers traités par le cabinet d'avocats (essentiellement dans le domaine civil et immobilier, on le rappelle) et s'interroger sur la vie privée des personnes travaillant dans les locaux (on a ainsi appris que Me Catherine Gouet-Jenselme avait, il y a 2 ans, déposé une plainte pour harcèlement).

La piste d'un coursier s'étant trompé d'adresse ne semble pas retenir l'attention des enquêteurs (qui toutefois ne l'écartent pas). Il est vrai qu'au sein de l'immeuble où est situé le cabinet d'avocats se trouve aussi la Fondation pour la mémoire de la Shoah (4ème étage) et l'ancien cabinet d'avocats de Nicolas Sarkozy (1er étage).
« Ce n'est pas le cabinet de Nicolas Sarkozy qui était visé », précise le parquet de Paris. Quant à Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, elle a affirmé « Les différentes plaques des autres activités qui ont lieu dans cet immeuble sont très nettes. Donc apparemment, c'était vraiment quelqu'un de ce cabinet qui était visé ».
Le rapport entre cette explosion et le procès Colonna qui se tient actuellement n'a également pas été établi, le cabinet d'avocats n'étant pas en charge de ce dossier.

Vos réactions

Immobilier - Colis piégé au sein d'un cabinet d'avocats spécialisé en immobilier

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Colis piégé au sein d'un cabinet d'avocats spécialisé en immobilier

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page