Fillon et Sarkozy divisés sur la taxation de la résidence principale

27/01/2011 à 08:55 - Immobilier - Par - Réagir

Fillon dit non à la taxe sur la résidence principale
L'Hôtel Matignon

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Faut-il taxer la plus-value réalisée sur la vente d'une résidence principale ? Après avoir suscité de virulentes critiques de la part des professionnels de l'immobilier et alimenté le débat au sein de la majorité, la question d'une taxe sur la résidence principale gagne désormais les plus hautes sphères du pouvoir.

Annoncée publiquement la semaine dernière par la ministre de l'Economie Christine Lagarde (voir notre article), l'idée d'une éventuelle taxation des plus-values réalisées à l'occasion de la vente des résidences principales est notamment défendue par Jérôme Chartier. Dans un rapport remis récemment, le député UMP estime que taxer la vente d'un bien immobilier dont la valeur excède les 1,2 millions d'euros pourrait participer à renflouer les caisses de l'Etat.

Une piste pour Nicolas Sarkozy...

Après avoir d'ores et déjà annoncé sa volonté de créer un nouvel impôt sur les revenus du patrimoine, Nicolas Sarkozy semble trouver l'idée séduisante et ne cache pas suivre de près cette piste de travail. « Il est même totalement sur cette ligne-là. Il pense que c'est économiquement juste, puisqu'on taxe les plus-values mobilières », confie un ministre au quotidien Les Echos.

...Une impasse pour François Fillon

Si la taxation de la résidence principale peut compter sur l'adhésion du Président de la République, il n'en va toutefois pas de même en ce qui concerne les membres du gouvernement, à commencé par le premier d'entre eux. « Le rapport Chartier n'engage que Chartier, même si c'est mon ami », déclarait hier François Fillon à l'occasion d'une réunion des députés du Nouveau Centre. Le Premier ministre n'a ainsi pas hésité à laissé apparaître son opposition au Chef de l'Etat en estimant que ce projet constitue « une mauvaise piste » sur laquelle le gouvernement ne doit pas s'engager.

Selon Les Echos, Matignon a reconnu qu'une taxation sur la plus-value des résidences principales « pose plus de questions que cela n'en résout ». François Fillon se range donc du côté de François Baroin, ministre du Budget et de Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, qui ont d'ores et déjà manifesté leur réticence à l'encontre d'une telle mesure. Partagé entre son envie de voir la question débattue et une certaine prudence envers Nicolas Sarkozy, le Premier ministre marche sur des oeufs et se montre moins catégorique que ces derniers. Selon lui, « la seule décision possible, ce sera celle qu'on votera ensemble », une décision qui devrait être prise au mois de mai prochain lors de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi de Finances rectificative.

Vos réactions

Immobilier - Fillon et Sarkozy divisés sur la taxation de la résidence principale

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Fillon et Sarkozy divisés sur la taxation de la résidence principale

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page