Fiscalité : Paris matraque ses résidences secondaires

21/10/2015 à 15:33 - Immobilier - Par - Réagir

Fiscalité : Paris matraque ses résidences secondaires
Fiscalité : Paris matraque ses résidences secondaires

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

En majorant encore un peu plus la taxe d'habitation dont doivent s'acquitter certains propriétaires de résidences secondaires, la mairie de Paris entend bien intensifier la lutte qu'elle mène contre les logements vacants.

Surtaxer les résidences secondaires : le grand « Oui » de Paris

Il y a tout juste un an, une mesure du projet de loi de Finances 2015 avait fait l'objet d'une vive polémique. Afin d'inciter les propriétaires de résidences secondaires inoccupées à les remettre sur le marché, le gouvernement offrait aux communes la possibilité de majorer leur taxe d'habitation. L'ampleur de celle-ci était toutefois laissée à l'appréciation des villes (entre 0 et 20% de surtaxe). Le 10 février 2015, Paris avait été la première ville à donner suite à ce renforcement fiscal. Soucieuse d'en finir avec les milliers de logements vacants que compte la capitale, la municipalité n'avait pas lésiné sur les moyens et avait décidé d'appliquer la majoration la plus élevée, à savoir 20%.

Fiscalité : Anne Hidalgo veut aller plus loin

Mais Anne Hidalgo ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Si la maire de Paris a récemment fait un geste envers les propriétaires de logements inoccupés en mettant en place le service Multiloc (dispositif permettant de financer la rénovation de ces logements souvent vétustes), sa générosité a toutefois des limites. Considérant le faible niveau de la taxe d'habitation à laquelle sont actuellement soumis les propriétaires parisiens (13,38%), la maire estime qu'une surtaxe de 20% de celle-ci ne se révèle pas suffisamment incitative. Une majoration de 30 voire 40% serait en effet plus appropriée et aura un impact bien plus dissuasif. Cet alourdissement fiscal n'en est d'ailleurs plus au stade de la simple rumeur puisque le Conseil de Paris sera appelé à se prononcer sur le sujet dès la semaine prochaine.

« Si le Conseil de Paris valide le principe, une étude sera lancée, puis nous rencontrerons le gouvernement pour voir dans quelle mesure un amendement permettant aux collectivités de relever le taux d'imposition peut être déposé dans le cadre du Budget », précise enfin la municipalité.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page