Frais d'agence plafonnés : le grand Oui des Français

15/09/2014 à 12:12 - Immobilier - Par - Réagir

Frais d'agence plafonnés : le grand Oui des Français
Frais d'agence plafonnés : le grand Oui des Français

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Publiée officiellement le 6 août dernier, la disposition de la loi Alur visant à plafonner les frais d'agence pour les locations est devenue effective ce lundi 15 septembre 2014. Une entrée en vigueur accueillie favorablement par une grande majorité des français et ce, en dépit d'un caractère encore nettement perfectible.

9 français sur 10 saluent le plafonnement des frais d'agence

15 euros par mètre carré en zone très tendue (Paris et une partie de l'Ile-de-France), 13 euros dans les grandes agglomérations (telles que Lyon, Bordeaux, Grenoble ou encore Marseille) et 11 euros par mètre carré en zone rurale, voici les honoraires que devront désormais régler les candidats locataires à leur agence immobilière. S'il s'agit là des montants maximums qui pourront leur être demandés, ces derniers devraient être synonymes de substantielles économies pour bon nombre de locataires (au regard du traditionnel mois de loyer jusque-là exigé). Rien d'étonnant donc qu'un récent sondage OpinionWay réalisé pour le compte de Somhome mette en lumière le véritable plébiscite offert par les français à cette mesure de la loi Alur. 90% d'entre eux, qu'ils soient propriétaires ou locataires, jugent en effet les frais d'agence trop élevés et considèrent d'un oeil favorable l'application de cette nouvelle disposition.

Des frais d'agence plafonnés mais pas encore transparents

S'il conviendra évidemment de patienter quelques mois pour se faire une idée de l'impact réel qu'aura cette mesure sur le marché locatif mais également sur le budget des locataires (certains pourraient ainsi voir leur facture augmenter), ces derniers se félicitent toutefois de voir apparaître un dispositif à même d'apporter un peu plus de transparence à des frais d'agence qui semblaient jusque-là en manquer cruellement. Une transparence qui, de l'avis de certains, pourrait toutefois ne pas être totalement au rendez-vous.

"Lorsque la loi a été présentée en Conseil des ministres, il n'y avait que la rédaction du bail et l'état des lieux qui restaient facturables aux locataires. Par la suite, il y a eu beaucoup de conflits avec les agences immobilières. Du coup il y a eu finalement un allongement des services facturables lors de la deuxième lecture du projet de loi, la constitution du dossier et la visite du preneur ont été ajoutés", souligne à ce sujet Frédéric Blanc, juriste de l'UFC-Que Choisir. Craignant que baisse des tarifs ne rime désormais avec prestations de moindre qualité, l'association de défense des consommateurs pointe également du doigt certains points qu'elle qualifie d'illogique. Les dépenses inhérentes à la constitution d'un dossier de location étant déjà pris en charge par le propriétaire bailleur lors de la souscription de son contrat de gestion, l'association s'interroge dès lors sur la nécessité de facturer une nouvelle fois ces frais au locataire.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page