Gendarmerie : des logements payés par les criminels ?

05/05/2014 à 11:12 - Immobilier - Par - Réagir

Gendarmerie : des logements payés par les criminels ?
Gendarmerie : des logements payés par les criminels ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Les ménages français ne sont pas les seuls à subir les affres de la crise. S'exprimant à l'Assemblée nationale devant la mission d'information sur la lutte contre l'insécurité, le directeur général de la gendarmerie nationale a en effet évoqué les difficultés rencontrées par l'institution en matière de logement et a soumis une étonnante proposition.

La gendarmerie au bord du surendettement ?

Face à une politique de restrictions budgétaires toujours plus intense, la gendarmerie aurait aujourd'hui du mal à joindre les deux bouts. C'est en tout cas ce qu'a tenu à souligner Denis Favier, son directeur, devant la commission de la Défense en évoquant une "situation difficile". En manque de crédits, la gendarmerie serait ainsi dans l'incapacité de renouveler certains équipements pourtant indispensables (ordinateurs, véhicules, etc.) et éprouverait même de grandes difficultés à régler ses factures comme par exemple celles relatives aux dépenses énergétiques et "pour lesquelles il manque aujourd'hui 16 millions d'euros".

Logements de fonction : rénover en puisant dans les avoirs criminels

Dans un tel contexte, Denis Favier estime que, "pour continuer d'assurer le bon fonctionnement des unités", il sera bientôt amené à "reporter le paiement des loyers aux collectivités locales". Toutefois, le directeur général de la gendarmerie ne manque pas d'idées et propose même de puiser dans le porte-monnaie des criminels pour assurer notamment la rénovation des différents logements de fonction mis à la disposition des gendarmes. Concrètement, Denis Favier a rappelé que l'ensemble des biens et avoirs saisis aux criminels (qu'il s'agisse de biens immobiliers, de véhicules, de numéraire ou encore de comptes bancaires bloqués) s'élevait à quelques 101 millions d'euros en 2013. Une somme non négligeable que le patron de la gendarmerie verrait bien allouée à la rénovation d'un parc immobilier dont la vétusté de certains biens (notamment ceux appartenant à l'Etat) avait déjà été évoquée en 2011 dans un rapport du député Daniel Boisserie (PS).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page