Il n'y aura pas de bulle immobilière en 2014

03/01/2014 à 15:14 - Immobilier - Par - Réagir

Il n'y aura pas de bulle immobilière en 2014
Il n'y aura pas de bulle immobilière en 2014

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Face aux difficultés que rencontre actuellement le marché de l'immobilier, nombreux sont les observateurs qui s'interrogent sur l'existence d'une bulle immobilière. Vice-président de la Fnaim, Philippe Prevel n'est pas de ceux-là, excluant au micro d'Europe 1 tout risque de bulle pour cette année 2014.

N'en déplaise aux partisans d'un effondrement du marché immobilier, Philippe Prevel ne croit pas en l'existence d'une bulle immobilière. Selon le vice-président de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim), au cours de ces dernières années "il n'y a jamais eu de bulle immobilière". "Nous ne sommes pas en 1990-1991", précise-t-il.

Intervenant ce jeudi 2 janvier au micro d'Europe 1, Philippe Prevel admet toutefois qu'une baisse notable des prix affecte le marché depuis maintenant deux ans. Un mouvement de repli alimenter notamment par l'attentisme des candidats à l'achat qui espèrent assister à un retournement plus marqué du marché et que le professionnel de l'immobilier évalue à -20% entre 2011 et 2013. Interrogé sur la persistance de cette situation en 2014, Philippe Prevel estime qu' "il y aura effectivement une baisse des prix mais qui sera à la marge entre plus deux et moins deux, moins trois points". Il rejette en revanche tout scénario de bulle immobilière soulignant que "pour qu'il y ait bulle, il faut qu'elle éclate et elle n'éclate pas".

De l'avis du vice-président de la Fnaim, si Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et Bretagne s'afficheront comme des régions particulièrement sujettes aux baisses de prix, une relative stabilité devrait globalement s'imposer au cours de l'année 2014. Une accalmie qui pourrait également être observée sur les taux pratiqués par la Banque Centrale Européenne (BCE) et, par voie de conséquence, sur les taux de prêt immobilier. Dans un contexte économique toujours tendu, la BCE "ne devrait pas remonter ses taux pour soutenir l'économie européenne", estime ainsi Philippe Prevel.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page