Le Crédit Foncier dénonce des prix de l'immobilier inadaptés et n'exclut pas une prochaine baisse

25/03/2010 à 11:15 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier 2009 : le Crédit Foncier dresse le bilan
Le Crédit Foncier dénonce des prix de l'immobilier inadaptés et n'exclut pas une prochaine baisse

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Rendue publique ce mercredi 24 mars 2010, l'étude annuelle du Crédit Foncier revient sur une année 2009 tourmentée pour le marché immobilier avant de dresser ses perspectives d'évolution pour l'année à venir.

La semaine dernière, la Chambre des notaires de Paris publiait un encourageant rapport trimestriel concernant l'immobilier en Ile-de-France. Entre novembre 2009 et janvier 2010, avec 26.200 unités, le nombre de transactions aurait ainsi progressé de 34% par rapport à la même période un an plus tôt. Faut-il voir dans ce sursaut le signe d'une reprise imminente de l'immobilier, tout d'abord en Ile-de-France puis généralisé à l'ensemble du territoire ? Rien n'est moins sûr si l'on en croit le Crédit Foncier qui dévoilait hier une étude annuelle intitulée « Bilan et perspectives des marchés immobiliers » pour le moins prudente.

Selon le Crédit Foncier, le marché immobilier 2009 s'est caractérisé par « une baisse limitée dans l'ancien et un marché du neuf soutenu par le plan de relance » (recul des prix dans le neuf limité à -1,2% grâce essentiellement au dispositif de défiscalisation Scellier). Si les premiers mois de l'année ont passablement malmenés le marché, le second semestre semble toutefois avoir su endigué l'effondrement annoncé. Sur l'ensemble de l'année 2009, le Crédit Foncier observe un recul des transactions de près de 13% (513.000 ventes contre 597.000 en 2008). « Le marché de la seconde accession a présenté une activité très ralentie au premier semestre 2009, en raison de conditions de crédits défavorables. Une reprise s'est manifestée à l'automne avec la baisse des taux et un plus grand volume de financements bancaires », explique ainsi l'étude.

Sur le front des prix, une baisse globale s'est établie entre -5% et -10% en fonction des villes. En province, le recul moyen constaté pour les maisons se porte à -8,5% (excepté dans la ville de Dijon où les prix ont su rester stables). Les appartements ont quant à eux affiché une baisse de prix de -7,5% (là encore Dijon mais également Montpellier font exception à la règle en présentant une certaine stabilité). En Ile-de-France, maisons et appartements ont enregistré un recul respectif de -9,5% et -7,5%.

Observant sur l'année 2009 un marché grippé par l'attentisme des acheteurs et ce malgré des conditions de taux de prêt immobilier extrêmement favorables, le Crédit foncier explique que « si les effets psychologiques sont bien réels, et notamment la conviction que les prix vont continuer à baisser, ils ne doivent pas dissimuler le fait que les prix sont encore proches du haut de cycle et de ce fait inadaptés au niveau du revenu des ménages ».

Si le Crédit Foncier ne prévoit pas de reprise franche pour 2010, la tendance baissière des prix de biens immobiliers semble toutefois devoir s'atténuer progressivement (au mois de mars 2010, l'établissement financier n'observe plus qu'un repli annuel de -3%). L'étude se montre pourtant des plus prudentes quant à ses prévisions et n'exclut pas « de nouvelles baisses de valeurs et de volume d'activité [...] en cas de remontée des taux », avouant même ne pas croire à une « reprise pérenne des volumes et des prix tant que le pouvoir d'achat immobilier n'aura pas retrouvé son niveau des années 2000 ».

Vos réactions

Immobilier - Le Crédit Foncier dénonce des prix de l'immobilier inadaptés et n'exclut pas une prochaine baisse

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Le Crédit Foncier dénonce des prix de l'immobilier inadaptés et n'exclut pas une prochaine baisse

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page