Immobilier 2010 : bilan de l'année et perspectives 2011

30/12/2010 à 11:07 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier 2010 : bilan et perspectives 2011
Immobilier 2011 : l'année du renouveau ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

L'année 2010 se termine sur un bilan mitigé pour l'immobilier. Entre reprise économique moribonde et record de baisse des taux, le marché immobilier semble encore se chercher.

2010 était attendu comme l'année de la reprise, l'année de la sortie de crise... à quelques jours de 2011 on voit qu'elle n'a finalement été qu'une année de convalescence pour un marché immobilier sous perfusion ! Perfusion qui touche à sa fin car le médecin au chevet de l'immobilier c'est l'Etat…

2011 l'année du renouveau ?

Taux historiquement bas, aides fiscales pour l'investissement locatif, crédit d'impôt, aides pour l'accession à la propriété…. Au travers de toutes ces mesures il semble que l'Etat ne sache plus quoi faire pour maintenir le marché immobilier hors du gouffre. Quelle est alors la logique à long terme pour un secteur ou la « bulle » ne semble pas vouloir éclater ?

Les ménages français consacrent de plus en plus de budget à ce poste. Entre relance économique et assistanat chronique l'Etat ne sait plus ou s'arrêter. Tout est fait pour faciliter l'accès propriété mais cela va-t-il dans le bon sens ? L'accumulation des aides, ne fausse t-elle le véritable prix de marché ?

On peut se le demander au vu des prix record qu'atteint l'immobilier dans les grandes agglomérations. L'évolution disparate de l'immobilier entre les différentes régions de France est aujourd'hui flagrante. Des écarts important existent désormais au niveau des prix pratiqués, y compris entre les biens immobiliers d'un même secteur. A Paris les prix explosent, quant à la province, les hausses en 2010 de 5% à 15% ne constituent en fait qu'un rattrapage de la baisse des prix constatée en 2008 et 2009. Toutefois, l'acheteur d'aujourd'hui ne veut plus acheter n'importe quoi à n'importe quel prix. L'acquéreur moderne est exigeant et averti. Aujourd'hui la demande de qualité est importante mais l'offre ne suit plus.

Les aides diverses ainsi que des taux de crédit dangereusement bas ont ainsi permis de mettre un peu poudre aux yeux, histoire de maintenir les prix et surtout d'éviter une chute brutale. Conséquence, la valorisation des biens immobiliers en France conserve encore en moyenne un niveau élevé. Il est évident qu'il n'y a plus de corrélation entre revenu des ménages et prix de l'immobilier dans certaines régions. Dans ce contexte, l'année 2010 n'est finalement qu'une année supplémentaire de gonflement de la bulle et en surface une année banale et calme (avant la tempête ?).

Demain, avec des finances d'Etat au bord de l'asphyxie, si toutes ces aides disparaissent, ou sont fortement diminuées, quelle sera la capacité des ménages à acheter ? Quel mécanisme maintiendra le niveau des prix si sans ces aides la solvabilité des ménages n'est plus assurée ?

Il semble que l'Etat ait pris conscience de la disparité du marché au vu des dispositions fiscales de 2011. Suppression du crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt, fiscalité accrue sur les plus-values immobilières, baisse de la réduction d'impôt dans le cadre de la loi Scellier 2011, rabot de 10% de la réduction d'impôt sur de nombreuses niches fiscales, modification du Plan Epargne Logement (PEL), instauration d'un nouveau « prêt à taux zéro plus »….

Il semble donc que la rigueur budgétaire soit à l'heure de 2011. Toutefois, reprise économique aidant, le placement préféré des français restera encore et toujours une valeur sure en 2011.

Vos réactions

Immobilier - Immobilier 2010 : bilan de l'année et perspectives 2011

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Immobilier 2010 : bilan de l'année et perspectives 2011

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page