Immobilier : 77.000 logements réquisitionnés pour les réfugiés

15/09/2015 à 17:04 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : 77.000 logements réquisitionnés pour les réfugiés
Immobilier : 77.000 logements réquisitionnés pour les réfugiés

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Pour loger les 24.000 réfugiés que la France s'apprête à accueillir, Marie-Arlette Carlotti propose de réquisitionner quelques 77.000 logements sociaux inoccupés.

77.000 logements sociaux vides en France

Il y aurait aujourd'hui en France plusieurs dizaines de milliers de logements sociaux laissés vacants. Des habitations dont ne profiteront pourtant pas les nombreux candidats qui patientent depuis plusieurs mois voire plusieurs années afin d'obtenir un logement social. Pour désengorger l'Union Européenne face à l'afflux massif de migrants auquel elle est actuellement confrontée, la France vient de s'engager à accueillir sur son sol quelques 24.000 réfugiés. Autant de personnes et de familles qu'il faudra loger. Pour ce faire, Marie-Arlette Carlotti propose donc de les installer dans les 77.310 logements sociaux répertoriés comme inoccupés depuis plus de trois mois. Une solution « stable et rapide » pour l'ancienne ministre déléguée aux personnes handicapées récemment nommée à la tête du Haut comité pour le logement des personnes défavorisées. Celle-ci entend d'ailleurs couper court à toute polémique en précisant que, pour l'obtention de ces logements, les réfugiés ne sont « pas en concurrence avec d'autres publics en grande précarité ».

Quel type de logements proposera-t-on aux réfugiés ?

En effet, les logements sociaux qui devraient être proposés aux 24.000 réfugiés n'auraient de toute façon pas pu être accordés aux autres demandeurs. Parmi les biens qui pourraient être réquisitionnés on compte ainsi de nombreux logements laissés vides parce que l'immeuble où il se trouve est destiné à être démoli. La loi SRU (solidarité et renouvellement urbains) apporte elle aussi son lot de possibilités en imposant aux communes de plus de 3 500 habitants (1500 en Ile-de-France) un quota de logements sociaux. Or, dans les zones détendues, nombreuses sont les villes à ne pas recevoir suffisamment de demandes pour remplir la totalité de ces logements. C'est par exemple le cas à Vichy où près de 22% du parc social serait inoccupé.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page