Immobilier : aider les parents pour inciter les enfants à acheter

25/07/2014 à 14:30 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : aider les parents pour inciter les enfants à acheter
Immobilier : aider les parents pour inciter les enfants à acheter

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Après avoir promis de porter le nombre de logements construits chaque année à 500.000, le gouvernement tente désormais par tous les moyens de relancer la construction. Si l'allègement des normes ou encore la mobilisation du foncier public s'affichent comme des leviers à actionner, Michel Cousin, le président de Sopic, propose pour sa part une initiative des plus originales que certains qualifient déjà de "mesure choc".

Séduire les ménages pour relancer la construction

Dans une tribune publiée par Les Echos, le président de la société de promotion immobilière Sopic (Société de Participation d'Investissement et de Construction) s'est inquiété d'une relance de la construction se faisant attendre. Un immobilisme relatif que Michel Cousin attribue notamment à un manque flagrant de mesures véritablement incitatives. Alors que le volume de logements construits cette année s'est établi bien en deçà des 500.000 espérés (320.000 unités), redynamiser ce secteur d'activité passe selon lui par l'instauration de mesures à même d'inciter les ménages à l'achat de logements neufs sans pour autant grever le budget de l'Etat.

Exonérer les donations parents-enfants pour dynamiser le marché

Alors qu'une récente étude témoignait d'un recul massif des jeunes candidats à l'achat, Michel Cousin recommande d'aider indirectement ces derniers à accéder à la propriété en soutenant financièrement leurs parents. "Une mesure simple consisterait à permettre aux parents d'aider leurs enfants à devenir propriétaires de leur habitation principale, par des donations avec exonération de droits, dans une période limitée à un voire deux ans, conditionnée par l'achat dans le neuf (appartement, maison individuelle ou terrain suivi d'un projet de construction)", explique-t-il ainsi.

Partant du constat que bon nombre de jeunes ménages abandonnent leur projet d'acquisition faute d'avoir pu réunir l'apport personnel nécessaire à l'obtention d'un crédit immobilier (apport que le professionnel évalue pour Paris à 180.000 pour un achat de 540.000 euros et à 120.000 euros en province pour une opération de 360.000 euros), Michel Cousin préconise une mesure qui, selon lui, ne pèsera aucunement sur les caisses de l'Etat.

Concrètement, une telle disposition permettraient aux parents ou grands-parents de donner un maximum de 150.000 euros à Paris ou 120.000 euros en province en étant exonérés de droits de donation si cette somme est ensuite réinvestie dans l'achat d'un bien immobilier neuf. Pour son instigateur, il s'agit là "d'une mesure simple, rapide et offensive" qui dispose en outre d'un "réel effet de levier de croissance, bien moins coûteux que le PTZ (prêt à taux zéro)".

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page