Immobilier : des frais d'agences réduits pour les locataires

31/07/2014 à 10:59 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : des frais d'agences réduits pour les locataires
Immobilier : des frais d'agences réduits pour les locataires

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Entamée dimanche dernier avec la création du CNTGI (Conseil national de la transaction et de la gestion immobilières), la publication des nombreux décrets relatifs à la loi Alur se poursuivra au fil des semaines à venir. C'était hier au tour du décret déterminant le plafonnement des frais d'agence pour les locations d'occuper le devant de la scène.

Le "Super-Conseil" de l'immobilier entre en action

48 heures seulement après avoir vu le jour, le Conseil national de la transaction et de la gestion immobilières s'est vu confier sa première mission, à savoir donner son avis sur le projet de décret visant à limiter les honoraires versés par le locataire à l'agence immobilière. N'ayant qu'un rôle purement consultatif, le CNTGI a toutefois accordé son aval à un texte que le gouvernement espère désormais voir entrer en vigueur dès le 15 septembre prochain.

Bientôt moins de frais d'agence pour les locataires

Si le décret n'enregistre aucun ajustement avant sa publication officielle, les candidats à la location devraient pouvoir réaliser de substantielles économies. En effet, équivalant généralement à un mois de loyer, les frais d'agence dont les locataires doivent s'acquitter seront plafonnés à 15 euros par mètre carré en "zone très tendue" (à savoir Paris et sa région), à 13 euros/m² "en zone tendue" (les grandes agglomérations) et à 11 euros/m² sur le reste du territoire (dans le détail, 12, 10 et 8 euros/m² auxquels s'ajoutent 3 euros/m² en guise de frais d'état des lieux). Si l'on en croit l'Observatoire des loyers de l'agglomération parisienne, une telle disposition se traduira pour les locataires par une économie de plusieurs centaines d'euros (un gain avoisinant les 230 euros pour un studio de 25m² et les 364 euros pour un appartement de 40m²).

Une entrée en vigueur attendue pour la rentrée

Alors que le gouvernement entend aller vite en besogne (afin de faire profiter les étudiants de ce plafonnement et ce, dès cette rentrée), les professionnels de l'immobilier appellent à ne pas confondre vitesse et précipitation. "Nous avons fait état des contraintes que cela représente pour les 20.000 personnes qui travaillent dans la location. Il faut que les choses soient bien faites", glissait l'un d'entre eux à l'AFP.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page