Immobilier : des prix multipliés par 3 en quinze ans

30/10/2015 à 16:14 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : des prix multipliés par 3 en quinze ans
Immobilier : des prix multipliés par 3 en quinze ans

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Dans sa dernière publication, la chambre des notaires de Paris Ile-de-France revient sur l'évolution des prix immobiliers sur la période 1996-2012. Des prix qui auraient littéralement flambés en 15 ans.

Prix de l'immobilier : la barre symbolique des 8000 euros de nouveau atteinte

Après quelques deux années de baisse, de plus en plus d'observateurs évoquent un retour à plus ou moins court terme de la hausse des prix de l'immobilier. Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires de Paris Ile-de-France soulignent que les prix parisiens ont progressé de +1,5% au cours de la seule période estivale (juin-juillet-août). Un mouvement qui aura permis au prix du mètre carré de s'établir fin août à une moyenne de 8000 euros (après 7980 euros fin juillet).

La hausse des prix durera-t-elle ?

Face à des évolutions de prix encore trop peu significatives pour pouvoir véritablement se prononcer sur la tendance à venir, les notaires peinent donc à anticiper le chemin que prendra le marché au cours des semaines à venir. Alors qu'ils faisaient de la hausse des prix le scénario le plus probable pour cette fin d'année 2015, ils n'en sont plus aussi sûrs et préfèrent aujourd'hui considérer que « ce mouvement ne serait pas durable ».

Paris : des prix trois fois plus chers qu'il y a 15 ans

Mais là n'est pas le seul enseignement de la publication des notaires. Ceux-ci se sont en effet penchés sur les niveaux de prix recensés en Ile-de-France depuis 1996 afin d'en mesurer précisément leur évolution. Il apparaît que les prix se sont purement et simplement envolés depuis la fin des années 90. En Seine-et-Marne, Essonne et Val-d'Oise, les notaires constatent que le prix du mètre carré s'est renchéri de 1700 euros entre 1996 et 2012 (soit des prix multipliés par 2,3). Or, ces trois départements sont considérés comme les plus abordables de la région. Déjà conséquente, la hausse évoquée ici n'est donc rien comparée à celle qui affecta le marché immobilier des départements les plus chers. Dans le détail, le prix du m² aurait bondi de 3500 euros dans les Hauts-de-Seine (soit un multiplicateur de 2,8) et aurait gagné pas moins de 6000 euros dans la capitale en un peu plus de 15 ans (soit des prix multipliés par 3,5).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page