Immobilier : deux scénarios possibles pour les Notaires en 2012

16/05/2012 à 09:19 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : deux scénarios possibles pour les notaires
Immobilier : deux scénarios possibles pour les Notaires en 2012

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Qu'il s'agisse du neuf ou de l'ancien, le retournement du marché de l'immobilier semble désormais ne faire plus de doute. Une question demeure toutefois : quelle en sera l'ampleur ?

Si certains n'hésitent pas à évoquer l'imminence d'une sévère dégradation, tant en terme de prix que de volumes, les notaires se montrent quant à eux légèrement plus optimistes. Dans leur dernière note de conjoncture ils font ainsi état de deux scénarii possibles pour 2012, en fonction notamment de l'évolution affichée par les taux de crédit et de la politique mise en place par le nouveau gouvernement.

Première hypothèse : un retournement "modéré"

En cas de maintien des taux à leurs niveaux actuels, auquel viendrait s'associer des mesures relativement peu contraignantes pour les investisseurs (sur les loyers par exemple), une dégradation somme toute limitée du marché apparaît comme des plus probables aux yeux des notaires. Ceux-ci estiment ainsi que dans une telle configuration, le nombre de transactions dans l'ancien pourrait alors s'établir entre 700.000 et 740.000 unités (soit un repli n'excédant pas les -10 ou -15 %). En ce qui concerne les prix de l'immobilier, ils n'enregistreraient pour leur part qu'une baisse restreinte, « de l'ordre de 5% à 10%, plus près de 5% sur les marchés attractifs et tendus, plus près de 10% sur les autres marchés ». S'il apparaît comme le plus optimiste, ce premier scénario semble également recueillir la faveur des notaires.

Seconde hypothèse : plus dure sera la chute

La seconde perspective s'appuie quant à elle sur une éventuelle hausse des taux d'emprunts. A celle-ci viendrait s'ajouter l'entrée en application de nouvelles règles fiscales dont le caractère dissuasif serait à même d'alimenter « une perte de confiance, une peur et une incertitude entraînant un retrait du marché immobilier des seniors et des classes moyennes ». Conséquence directe de cette désaffection des acquéreurs, les prix accuseraient alors une dégradation bien plus marquée et le volume de ventes pourrait chuter en-deçà de la barre des 700.000 unités.

Quelle que soit la voie que prendra le marché, les notaires se montrent clairs sur un point : « nous ne sommes pas dans un « trou d'air », comme en 2008-2009 », mais bel et bien à l'aube d'un « nouveau cycle ».

Source :

Consulter toutes les actualités

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !


Envie d'en discuter ?

On en parle dans le forum : Forum immobilier


Flux RSS

Tout l'immobilier en temps réel. Inscrivez-vous !

Vos réactions

Immobilier - Immobilier : deux scénarios possibles pour les Notaires en 2012

Noter cet article :

4 1

Par MP -

Rappelons d'abord un fait : si l'augmentation des prix immobiliers et donc la taille du marché immobilier ont vu la multiplication des agences immobilières depuis 2000, le nombre des
notaires lui, défini par un numerus clausus, n'a fait que suivre l'augmentation de la population.

Autant dire qu'entre 2000 et 2010, avec la hausse du nombre des transactions, et la hausse
des prix, les notaires associés ont connu un âge d'or.
En province, ces dernières années, les biens les plus haut de gamme ont été acquis par des
notaires.

Comme toujours, la communication des professionnels intéressés aux résultats d'un marché
dont ils sont partie prenante (en tant qu'officiers ministériels ou/et en tant qu'intermédiaire)
est donc à prendre avec des pincettes.

Une baisse de 5% par an pendant cinq ans équivaut à une baisse cumulée d'environ 27%.

Si les notaires souhaitent que le marché ne se dégonfle que progressivement (ils ne peuvent pas l'empêcher de dégonfler, sinon, ils le feraient), ils ont intérêt à communiquer sur une baisse progressive.

Et comme ce sont les notaires qui communiquent à l'INSEE les chiffres qui servent à l'élaboration
des indices, leur parole est d'or...

En province, les prix ont, dans bien des cas, notamment sur les biens proposés à plus de 300.000¤,
"dévissé" de plus de 5% depuis le début de l'année.

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - Immobilier : deux scénarios possibles pour les Notaires en 2012

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Partagez
cette
page