Immobilier : devenir propriétaire, est-ce possible aujourd'hui ?

24/07/2014 à 11:03 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : devenir propriétaire, est-ce possible aujourd'hui ?
Immobilier : devenir propriétaire, est-ce possible aujourd'hui ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Prix en sensible baisse, taux de crédit immobilier extrêmement attractif, si de prime abord la conjoncture semble particulièrement favorable à l'acquisition d'un logement, est-ce véritablement le cas ? C'est la question abordée par Emmanuel Lechypre sur BFM TV qui revient, dans sa chronique économique quotidienne sur la marge de manoeuvre dont disposent aujourd'hui les candidats à la propriété.

Prix, taux, les conditions sont-elles favorables à l'achat immobilier ?

Au-delà de toutes les publications statistiques et notes de conjoncture, il est une question à laquelle bon nombre de français attendent aujourd'hui une réponse : au regard des conditions actuelles, la période est-elle réellement propice à la concrétisation d'un projet d'achat immobilier ? Si les niveaux historiquement bas affichés par les taux d'emprunt tendent à accréditer cette thèse, de nombreux observateurs estiment toutefois que la correction des prix de l'immobilier ne s'est pour l'heure pas révélée suffisante pour relancer les intentions d'achat. A en croire un récent sondage Ifop, près de 80% des français considèrent ainsi qu'il est relativement difficile de devenir propriétaire dans la commune où ils résident. Et pourtant, Emmanuel Lechypre se montre nettement plus optimiste au micro de BFM TV.

Les acheteurs ont repris la main

Le chroniqueur économique fondent notamment ses espoirs sur une baisse des prix qu'il attend plus conséquente pour cette année 2014 (de -5% à Paris et jusqu'à -10% en province). De quoi redonner du pouvoir d'achat aux ménages d'autant plus que les taux de crédit ne devraient, selon toute vraisemblance, pas opérer de remontée au cours des prochains mois. Les clés du marché immobilier seraient-elles désormais entre les mains des acheteurs ? C'est ce que pense l'éditorialiste qui appuie ses perspectives sur un indice (l'indice de tension immobilière) qui témoigne d'un rapport de force relativement équilibré entre vendeurs et acquéreurs. On compte aujourd'hui dans la capitale 1,2 candidats à l'achat pour un vendeur (une proportion qui s'établissait en 2010 à 7 acheteurs pour un vendeur).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page