Immobilier : François Hollande et ses nouvelles promesses

28/09/2015 à 12:33 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : François Hollande et ses nouvelles promesses
Immobilier : François Hollande et ses nouvelles promesses

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Refonte du PTZ, maintien de l'APL accession, renforcement des dotations, à l'occasion du 76ème congrès de l'Union sociale de l'habitat (USH), François Hollande a multiplié les annonces en faveur de l'immobilier.

François Hollande, seul face au monde de l'immobilier

Depuis maintenant plusieurs semaines, la grogne se propageait peu à peu dans les rangs des professionnels de l'immobilier et plus particulièrement auprès de ceux oeuvrant en faveur du logement social. En cause notamment la perspective d'un désengagement de l'Etat et les rumeurs insistantes sur une possible suppression des « aides à la pierre ». Dans ce contexte, François Hollande a pris ses responsabilités en endossant, lors du congrès annuel de l'USH, le rôle du pompier de service. Pour le Chef de l'Etat, l'objectif était on ne peut plus clair : il fallait impérativement rassurer son auditoire et tuer dans l'œuf la levée de boucliers se dessinant à l'horizon. Trois quarts d'heure durant, François Hollande a donc multiplié les annonces et semble avoir finalement atteint le but qu'il s'était fixé.

L'élargissement du PTZ confirmé

Le Président de la République est venu confirmer une annonce faite quelques jours plus tôt : celle de l'élargissement du prêt à taux zéro. 2016 verra en effet l'immobilier ancien réintégrer pleinement le dispositif. Une réintégration qui avait certes déjà été opérée en 2015 mais qui restait encore bien trop limitée (moins de 6000 communes concernées). Le projet de loi de Finances 2016 élargira donc le PTZ dans l'ancien aux 30.000 communes de la zone C. De quoi satisfaire les professionnels mais aussi et surtout les primo-accédants dont le choix se porte généralement sur l'acquisition de logements anciens bien moins onéreux que le neuf.

L'APL accession préservée

Les primo-accédants pourront également se réjouir puisqu'ils continueront à bénéficier de l'APL accession. Pour ces derniers il s'agit là d'un réel coup de pouce financier dont la suppression fut un temps évoquée. Versée directement aux banques, l'APL accession (obtenue lors de la souscription d'un crédit conventionné ou d'un prêt accession sociale) permet aux emprunteurs de réduire le montant de mensualités dont ils n'auraient en temps normal pas pu supporter le poids. Pour beaucoup, la pérennité de cette aide était donc vitale. « L'annonce du maintien des APL accession est une excellente nouvelle, en particulier dans le contexte actuel de légère remontée des taux de crédit », se félicite ainsi le courtier Vousfinancer.

Le Livret A profitera moins aux banques

Les banques de leur côté n'apprécieront sans doute pas de la même manière l'intervention du Chef de l'Etat, celui-ci annonçant une baisse de leurs commissions dans le cadre du Livret A. Les fonds déposés sur ce produit d'épargne servent en effet à financer la construction de logements sociaux. Les banques, chargées de transmettre ces fonds à la Caisse des Dépôts, en prélevaient une partie afin de se rémunérer pour la gestion et la promotion de ces livrets. La réduction de ces commissions devrait se traduire par un supplément financier de l'ordre de 250 millions d'euros en faveur des bailleurs sociaux.

L'Etat promet plus de crédits au logement social

Enfin, alors même que la rumeur d'un désengagement de l'Etat n'a, depuis quelques semaines, cessé d'enfler, François Hollande a pris tout le monde à contre-pieds en annonçant sa volonté de doubler la dotation de l'Etat. Si en 2015 une enveloppe de 400 millions d'euros avait été promise, seuls 120 millions avaient toutefois réellement été versés. Pour 2016, le Président s'est donc engagé à débloquer près de 250 millions d'euros pour la construction de logements sociaux. Néanmoins, si cette annonce semble de nature à tempérer l'hostilité des professionnels, elle n'en efface pas pour autant la dette de 800 millions d'euros accumulée par l'Etat au cours de ces dernières années.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page