Immobilier : l'Insee passe le logement au crible

20/11/2014 à 11:25 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : l'Insee passe le logement au crible
Immobilier : l'Insee passe le logement au crible

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Ce mercredi 19 novembre 2014, l'Insee a publié une vaste étude baptisée «France, portrait social 2014» à travers laquelle elle passe en revue l'ensemble des éléments caractérisant notre société. Si l'institut analyse ainsi l'évolution des conditions et niveau de vie des français au cours de ces dernières années et fait un point sur l'éducation, la santé ou encore la démographie, elle s'attarde aussi sur les diverses évolutions constatées en matière de logement. Des logements qui se révèlent non seulement de meilleure qualité mais également plus vastes.

Les logements gagnent en qualité

Si l'on en croit l'Insee, la France compte aujourd'hui près de 112 000 sans domicile (81 000 adultes et 31 000 enfants). Si la situation de ces personnes (étrangères pour la moitié d'entre elles) se révèle peu enviable, les autres semblent pour leur part entretenir avec leur logement une relation légèrement moins conflictuelle que par le passé. Souhaitant déterminer la qualité des logements, l'Insee a demandé aux français de se prononcer sur cette dernière à travers 9 critères prédéfinis (logement humide, bruyant, surpeuplé, trop petit, absence de salle de bains, absence de toilettes, pas d'eau chaude, pas de chauffage, difficulté à chauffer). Or, s'ils sont 28,6% à faire état d'une de ces difficultés (et 20,2% à en mentionner deux), ils sont surtout 51,2% à ne prêter aucune de ces difficultés à leur habitation (contre 45,2% en 2005).

Logement : les français voient plus grand

De meilleure qualité, les logements sont également plus grands qu'autrefois, une évolution qui s'explique notamment par le nombre croissant de particuliers optant pour une maison (alors que ceux résidant en appartement stagnent). Dans le détail, entre 2005 et 2012, les biens immobiliers ont gagné 3 m² portant ainsi leur surface moyenne de 92 à 95 m². A titre de comparaison, la surface moyenne d'un logement s'établissait à 77 m² en 1978.

La part des propriétaires stagne

Paradoxalement, face à des logements plus grands et mieux équipés, la proportion de propriétaires n'a pas progressé depuis 2009, se stabilisant à 57,6% (contre 55,6% en 2000). Si les candidats à l'achat peuvent aujourd'hui bénéficier d'un contexte relativement favorable marqué par une baisse des prix et des taux de crédit immobilier extrêmement attractifs, la crise et l'incertitude en l'avenir semblent donc avoir nettement alimenté l'attentisme des acquéreurs potentiels.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page