Immobilier : l'UNPI livre les vraies raisons de la crise

22/01/2015 à 14:37 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : l'UNPI livre les vraies raisons de la crise
Immobilier : l'UNPI livre les vraies raisons de la crise

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Dans une interview accordée à un journal local, le président de l'UNPI dévoile ce qui constitue, selon lui, les vraies raisons de la crise immobilière.

Construction : le manque de terrains n'est pas la raison de la crise

Ce mardi 20 janvier, Jean Perrin, président de l'Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) a profité d'une tribune qui lui était offerte pour revenir sur ce qu'il considère être les véritables causes des difficultés que rencontrent actuellement les secteurs de la construction et de l'immobilier. Si le gouvernement et la grande majorité des observateurs n'ont eu de cesse de présenter le manque de foncier disponible comme la raison majeure du blocage de la construction, Jean Perrin estime pour sa part que ces derniers font fausse route. Selon lui, « les raisons du problème sont ailleurs. Et notamment sur le fait que l'encadrement et la baisse des loyers incitent les locataires à le rester et décourage les investisseurs ».

Ce qui freine vraiment la reprise

Le président de l'UNPI identifie cinq principaux freins au rétablissement de la construction et plus globalement du secteur immobilier dans son ensemble. Aux côtés d'un alourdissement incessant de la fiscalité, de la multiplication des normes ou encore d'un accès au crédit immobilier trop restreint, Jean Perrin évoque également le problème de la vacance locative ainsi que des décisions de justice dont la lenteur nuit de façon conséquente aux rapports bailleurs-locataires.

La vérité sur les chiffres de la construction

Alors que François Hollande promettait la construction annuelle de 500 000 nouveaux logements, les chiffres officiels se sont révélés bien moins élevés. Mais là encore, l'UNPI estime que la réalité est toute autre. « On en est à 250000. Pas à 350000 comme annoncé en comptant la construction de résidences pour étudiants, de piscines ou de vérandas », constate ainsi son président.

Et pour ceux qui voudraient se lancer dans l'investissement immobilier, Jean Perrin précise qu'ils auraient tout intérêt à calculer la rentabilité de leur acquisition, « non pas sur le prix des loyers privés, mais sur celui des loyers HLM car dans cinq ou dix ans, les loyers seront équivalents ».

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page