La baisse des prix de l'immobilier n'est pas à la hauteur

01/07/2013 à 11:35 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : la baisse des prix n'est pas à la hauteur
La baisse des prix de l'immobilier n'est pas à la hauteur

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si les candidats à l'achat l'ont longuement attendue, la baisse des prix de l'immobilier engagée depuis quelques mois maintenant ne devrait toutefois pas être de nature à combler totalement leurs espérances. A en croire le réseau d'agence Century 21, sur l'ensemble de l'année 2013, celle-ci ne devrait en effet s'établir qu'entre -1 et -3 %.

La semaine dernière, le Crédit Foncier soulignait qu'un redressement du marché immobilier devait nécessairement impliquer une baisse notable des prix des logements. « Pour que le marché redémarre, il faudrait que les prix qui ont doublé en dix ans, baissent de 5 à 15% », estimait ainsi son directeur général Stéphane Imowicz. Une perspective qui a de quoi doucher l'enthousiasme de certains candidats à l'achat puisque si l'on en croit Century 21, les chiffres observés jusqu'à présent seraient encore bien loin du compte.

Selon le réseau d'agences, si la baisse des prix est certe bien présente, celle-ci ne se serait établie à l'échelle nationale qu'à -1,7 % au cours des six derniers mois. Century 21 note que sur un an, le repli enregistré atteint péniblement les -2,6 % (-1,9 % pour les appartements, -2,8 % pour les maisons).

Sans afficher l'ampleur tant espérée, ce recul des prix des logements, associé à des niveaux de taux d'emprunt toujours extrêmement bas, a toutefois incité certains acquéreurs à concrétiser leur projet. Century 21 revendique ainsi un nombre de transactions en hausse de 7 % depuis le début de l'année.

Effective sur l'ensemble du territoire (jusqu'à -8,8 % en Basse-Normandie), la correction des prix ne semble toutefois plus de mise à Paris. Intra-muros, ces derniers auraient ainsi progressé de 1 % lors des trois derniers mois. Si, de l'avis de Laurent Vimont, « tout indique que la baisse des prix à Paris est terminée », le marché parisien reste un marché d'exception et n'en est pas atone pour autant. « L'activité vient de reprendre, le nombre d'opérations a progressé de 4% dans les trois derniers mois et  le montant moyen de transactions a battu un record, à 402.016 euros. C'est du jamais vu », souligne-t-il.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page