Immobilier : la baisse des prix n'est pas terminée

03/11/2015 à 15:41 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : la baisse des prix n'est pas terminée
Immobilier : la baisse des prix n'est pas terminée

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Alors que bon nombre de professionnels prédisaient il y a peu une remontée des prix de l'immobilier, MeilleursAgents constate pour sa part que ces derniers ont poursuivi leur lente érosion en octobre.

Immobilier : les prix reculent légèrement en octobre

Il y a de cela quelques semaines, Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents, déclarait que « tout est réuni pour que le marché immobilier Français s'oriente dans les 6 à 18 prochains mois vers un nouveau cycle haussier ». L'heure n'est toutefois pas encore à la remontée et, sans pour autant tirer un trait sur ses prédictions passées, le courtier ne peut que se rendre à l'évidence : « la baisse des prix n'est pas terminée ».

En dévoilant cette semaine son baromètre des prix, MeilleursAgents constate que le mouvement de correction s'est poursuivi le mois dernier au sein des plus grandes villes françaises. Sur un mois, Marseille, Lyon, Nantes, Strasbourg et Montpellier cèdent ainsi -0,1% alors que le repli se révèle sensiblement plus marqué Nice (-0,4%), Lille (-0,6%) ou encore Toulouse (-0,9%).

Même son de cloche du côté de la capitale où, après la hausse surprise observée en septembre, les prix de l'ancien sourient de nouveau aux acheteurs en se repliant de -0,1%. « Même si le rythme moyen reste lent, l'érosion des prix est progressive et mesurable, même si la demande commence à retrouver un peu de vigueur dans certaines villes », commente Sébastien de Lafond.

Les acheteurs sont bien de retour

Le retour progressif des candidats à l'achat sur le devant de la scène constitue d'ailleurs l'un des principaux enseignements de ce baromètre. MeilleursAgents publie chaque mois un indicateur de tension immobilière (ITI) destiné à évaluer le rapport de force entre acheteurs et vendeurs. Or, si le courtier admet qu'un ITI de 2 (soit 2 acheteurs pour 1 vendeur) est nécessaire pour qu'un marché retrouve sa fluidité, les indicateurs dévoilés en ce mois d'octobre semblent devoir s'en rapprocher. L'ITI s'établit ainsi à 1,4 à Paris et Lyon et s'élève jusqu'à 1,7 à Nantes.

Immobilier : la prudence s'impose

Le courtier ne se laisse toutefois pas aller à un excès d'optimisme et préfère pointer du doigt la grande prudence manifestée par les candidats à l'achat. « La peur de faire une mauvaise affaire ou d'acheter trop tôt dans un marché qui baisse est encore très présente. Beaucoup se rétractent à la moindre alerte », explique-t-il ainsi.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page