Immobilier : la baisse des prix s'est faite discrète en 2013

24/04/2014 à 16:49 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : la baisse des prix s'est faite discrète en 2013
Immobilier : la baisse des prix s'est faite discrète en 2013

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Alors que nos voisins européens ont vu le prix de leur immobilier chuter plus ou moins lourdement ces dernières années, le marché français a pour sa part connu un tout autre destin. Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires souligne en effet la baisse relativement discrète qui a affecté les prix des logements au cours de l'année 2013.

La baisse des prix peine encore à trouver ses marques

N'en déplaise aux partisans d'une chute brutale de l'immobilier, peu de monde mise aujourd'hui sur un retournement franc du marché, et surtout pas les notaires. Dans leur dernière publication, ceux-ci affirment en effet n'avoir constaté qu'une faible correction des prix de l'immobilier ancien au cours de l'année écoulée. Concrètement, sur l'ensemble de l'exercice 2013, l'indice Notaire-Insee dévoilé ce mercredi 23 avril fait état d'un prix moyen en repli de -1,7% pour les appartements et de -1,8% pour les maisons.

Le marché est resté indécis en 2013

Afin d'expliquer une évolution des prix moins nette que ce que l'on aurait pu espérer, les notaires notent que l'année 2013 a dû composer avec un marché passablement "désorienté", s'affichant tour à tour à la hausse ou à la baisse sans jamais devoir choisir de véritable tendance de fond. Toutefois, ils précisent également que, d'une "manière générale, les grandes villes et leur première couronne résistent mieux que les zones rurales et les petites villes".

Légères baisses à venir dans un contexte incertain

Si cette baisse extrêmement mesurée des prix n'est évidemment pas de nature à réjouir les candidats à l'achat, elle complique également la tâche de ceux qui entendent définir les lignes directrices du marché à plus ou moins longs termes. "Il est aujourd'hui de plus en plus difficile d' anticiper l'évolution de ce marché dans les mois à venir, le sentiment actuel d'attentisme prudent devrait se confirmer voire s'amplifier dans les prochaines semaines en l'absence de toute mesure de fluidification", soulignent ainsi les Notaires de France. Néanmoins, ces derniers estiment que de légères baisses devraient également pouvoir être observées en ce premier semestre 2014.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page