Immobilier : la colocation n'est plus réservée aux étudiants

13/06/2014 à 14:35 - Immobilier - Réagir

Immobilier : la colocation n'est plus réservée aux étudiants
Immobilier : la colocation n'est plus réservée aux étudiants

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Dans un contexte où manque de logements et pouvoir d'achat en berne alimentent les tensions, la colocation, mode de vie autrefois réservé aux étudiants, semble se démocratiser et faire de plus en plus d'adeptes. C'est en tout cas ce que révèle un sondage CSA mené pour le compte du réseau d'agences Guy Hoquet l'Immobilier.

La colocation séduit de plus en plus

On a tous en tête l'image d'Epinal de ces étudiants peu argentés partageant le même appartement. Autrefois apanage quasi exclusif du monde estudiantin, la colocation semble aujourd'hui avoir nettement élargi son horizon. Selon les résultats d'un sondage dévoilés par Guy Hoquet l'Immobilier, ce choix de vivre en communauté seraient certes plébiscité par les jeunes (25 ans en moyenne) mais la majorité des colocataires auraient désormais délaissé leurs chères études pour le monde du travail. Les adeptes de la colocation seraient ainsi à 54% de jeunes actifs (contre 45% d'étudiants et 1% de retraités).

Un regain d'intérêt alimenté par la crise

Pour Fabrice Abraham, "la crise du logement et la baisse du pouvoir d'achat favorisent l'orientation des Français vers de nouveaux modes d'habitat, en tête desquelles la colocation". Le directeur général du réseau d'agences précise qu'il s'agit là d'une "étape que de plus en plus de Français vivent dans le parcours immobilier".

Néanmoins, certaines idées ont la vie dure et, pour beaucoup de français (74%), les jeunes étudiants constituent encore le principal vivier de colocataires, loin devant les célibataires (12%), les retraités (9%) et les couples (3%). Une vision de la colocation qui s'explique notamment par les motifs amenant à choisir ce mode vie. Pour 84% des français, ce ne serait d'ailleurs pas un véritable choix mais plutôt une nécessité. Parmi les motifs les plus fréquemment cités, on retrouve donc logiquement la question budgétaire (83%) devant la volonté de ne pas rester seul (34%).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page