Immobilier : la Corse ferme ses portes aux non résidents

28/04/2014 à 12:38 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : la Corse ferme ses portes aux non résidents
Immobilier : la Corse ferme ses portes aux non résidents

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Il faudra désormais avoir habité un certain temps en Corse avant de pouvoir devenir l'heureux propriétaire d'un bien immobilier sur l'île de beauté. C'est en effet ce qu'a décidé la semaine dernière l'assemblée de Corse et ce, afin de lutter contre la spéculation immobilière et l'envolée excessive du prix des logements.

L'immobilier corse réservé aux corses

Réserver les biens immobiliers corses aux seuls résidents de l'île… Si l'idée n'est certes pas nouvelle (alimentant déjà les débats en 2010 puis en août 2013), elle a pourtant fait son chemin jusqu'à prendre réellement corps vendredi dernier. Par 29 voix contre 18, l'assemblée de Corse a en effet décidé que pour pouvoir acquérir un logement, le candidat à l'achat devra préalablement justifier d'un statut de résidence permanente d'au moins cinq ans sur l'île.

Une mesure pour juguler la spéculation

Si l'adoption d'une telle disposition peut surprendre par ses airs "discriminatoires" et "nationalistes", elle doit avant tout permettre de freiner la spéculation immobilière (et avec elle la hausse incessante des prix) qui affecte la Corse chaque année un peu plus. Une spéculation qui fait de la Corse un marché quelque peu particulier où les résidences secondaires règnent quasiment en maître (elles représentent 40% des biens présents sur l'île).

Immobilier corse : vers des débats animés

Souhaitant couper court aux critiques qui ne manqueront pas de surgir, Paul Giacobbi souligne que "toutes sortes de droits sont déjà liés en France à la résidence, qu'il s'agisse notamment de fiscalité ou de stationnement". Le président du conseil exécutif de la Collectivité territoriale de Corse ne peut toutefois que saluer cette mesure puisqu'en août dernier il proposait déjà de restreindre les achats immobiliers pouvant être réalisés par les étrangers et les continentaux. "On ne peut plus admettre, sinon à souhaiter la spéculation et toutes les dérives qui l'accompagnent, que la terre de Corse continue à être totalement libre d'acquisition", estimait-il alors.

Le statut même de "résident" devant être soumis à l'examen du parlement, il est à noter que les Corses ne résidant pas sur l'île pourraient quant à eux bénéficier de dispositions spécifiques.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page