Immobilier : la taxe foncière s'envole

08/10/2013 à 10:48 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : la taxe foncière s'envole
Immobilier : la taxe foncière s'envole

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Alors qu'ils ne cessent de fustiger un projet de loi Alur à leur goût bien trop favorable aux locataires, les propriétaires devraient à n'en pas douter trouver dans la dernière étude de l'UNPI un nouveau motif de mécontentement. Ce mardi 8 octobre, l'Union nationale de la propriété immobilière pointe en effet du doigt l'augmentation impressionnante enregistré par la taxe foncière au cours de ces dernières années.

S'il faut en croire la publication de l'Unpi, entre 2007 et 2012, la taxe foncière que tout propriétaire se doit d'acquitter aurait bondi de +21,17% en moyenne. Une “hausse démesurée” qui a de quoi alimenter la rancoeur de propriétaires déjà passablement irrités par la future loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (loi Alur). "La taxe foncière augmentant beaucoup plus vite que les loyers, les salaires ou les retraites, l'impôt foncier pèse de plus en plus sur le budget des ménages propriétaires, allant jusqu'à représenter plusieurs mois de loyer, de salaire ou de retraite”, constate ainsi l'Unpi.

Cette progression de la taxe foncière observée par l'Union représentant une moyenne, les propriétaires ne sont pas tous logés à la même enseigne et il est des viles où posséder un bien immobilier soumet ces derniers à une fiscalité relativement conséquente. Si Fort-de-France (+8,48%) ou Aix-en-Provence (+10,44%) n'ont accusé que de “modestes” hausses, il en va tout autrement à Paris (+67,90%), Argenteuil (+36,71%) ou Nantes (+30,64%).

Pour l'Unpi, l'envolée de la taxe foncière au cours des dernières années résulte d'une progression généralisée de la fiscalité, qu'il s'agisse des impôts décidés par les départements et communes ou des valeurs locatives. "Si chacune de ces augmentations, prise isolément, peut paraître raisonnable car elles sont à peu près comparables à l'inflation observée pendant ces années, la conjonction des deux entraîne une forte hausse", précise l'étude.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page