immobilier : la montée du chômage fait peur aux acheteurs

28/08/2013 à 10:17 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : le chômage fait peur aux acheteurs
immobilier : la montée du chômage fait peur aux acheteurs

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

La pierre fait-elle toujours rêver les français ? Si devenir propriétaire reste pour une majorité de ménages l'une des principales ambitions, certains facteurs d'inquiétude mettent toutefois à mal leur volonté de se lancer dans la réalisation d'un projet immobilier.

Dans un climat économique particulièrement tendu, la montée du chômage semble peser lourdement sur les intentions d'achat des français. Tel est l'enseignement que l'on peut tirer du sondage mené par OpinionWay pour le compte du site A vendre A louer. Pour cette cinquième édition de l'Observatoire, les français ont donc une nouvelle fois été appelé à s'exprimer sur leurs éventuels projets en matière d'acquisition immobilière.

Si 9 français interrogés sur 10 avouent percevoir l'achat d'un logement comme un « idéal », ils sont en revanche de moins en moins nombreux à se déclarer prêts à franchir ce pas. Déjà en repli l'année dernière, la part des ménages acquéreurs continue de s'afficher à la baisse pour s'établir, en cette année 2013, à 21% (contre 23% en 2012 et 26% en 2011). Sans surprise, l'acquisition d'une résidence principale reste le principal moteur des acheteurs (14% des ménages), loin devant l'investissement locatif (5% des sondés) et l'achat d'une résidence secondaire (2%).

En constante diminution depuis deux ans, les acquéreurs potentiels voient leurs projets freinés non seulement par un budget revu à la baisse (69% des ménages disposent d'un budget inférieur à 200.000 euros contre 60% l'an dernier) mais également par une incertitude croissante concernant leur avenir. La crainte de perdre son emploi représente ainsi le principal obstacle à l'achat pour 19% d'entre eux.

Si, selon l'étude, « la part d'intentionnistes en situation de devoir encore économiser pour obtenir un meilleur apport progresse d'année en année » (passant de 38 à 43%), il semble toutefois plus facile d'obtenir un financement auprès des banques. Grâce à l'attractivité des taux de crédit, la part des français percevant la difficulté de contracter un prêt immobilier comme un frein à l'achat s'est en effet sensiblement réduite (14% contre 17% en 2012).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page