Chute de l'immobilier : les risques du credit relais

04/07/2008 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Immobilier : le désastre du crédit relais
Avec le retournement du marché immobilier, les souscripteurs d'un crédit relais se retrouvent désormais dans une situation délicate.

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Les solutions de financement pour l'acquisition d'un bien immobilier ne manquent pas mais toutes subissent l'impact et participent à l'effondrement actuel du marché. C'est le cas notamment du crédit relais.

Destiné aux propriétaires souhaitant vendre leur logement afin de financer l'achat d'un nouveau bien, le crédit relais permet à l'emprunteur de se voir octroyer un prêt avant même que son bien ne soit vendu. Avant d'accorder ce type de créditimmobilier, la banque demande en général certaines garanties dont notamment l'hypothèque du bien.

Et c'est là que le bât blesse : la chute drastique du nombre de ventes implique désormais que de nombreux emprunteurs ne pourront pas vendre leur logement avant le terme de leur crédit (compris entre 12 et 24 mois). Le particulier pourra toujours demander son prolongement (qui se négociera de toute façon aux taux actuels du marché) mais l'organisme prêteur sera également en droit de refuser de courir un tel risque en demandant son remboursement intégral dans les plus brefs délais (chose évidemment impossible). S'ensuit alors pour l'emprunteur la spirale infernale le menant tout droit au surendettement. Son dossier sera transmis au service contentieux de la banque et, si une solution n'est pas rapidement trouvée, une procédure de saisie de son bien sera enclenchée. La banque devenant alors propriétaire du logement procèdera à sa mise aux enchères. Etablissements bancaires et agences immobilières n'ayant pas hésités à proposer ce type de crédit à des ménages aux revenus modestes, de telles situations se font de moins en moins rares et s'avèrent d'autant plus catastrophiques que les emprunteurs ont souvent souscrit un autre prêt immobilier en vue de leur futur achat (généralement un prêt à long terme qui viendra accroître leur surendettement). Quant au bien vendu aux enchères, il rejoindra la liste des logements cédés au rabais, alimentant ainsi un parc immobilier déjà mal en point.
Vendre avant d'acheter, voilà donc le conseil que l'on pourrait donner à ces particuliers, mais si tel n'est pas le cas, les banques devraient désormais vivement inciter les souscripteurs d'un crédit relais a revoir à la baisse leur prix initial, participant ainsi au recul généralisé qui ébranle actuellement le marché.

Partagez vos commentaires à ce sujet sur notre forum immobilier

Côté acheteur, la position des banques face au crédit relais n'est pas plus réjouissante, comme le constate Me Jean-Marie Montazeaud, président de la commission de conjoncture des notaires d'Ile-de-France : « les banques ne veulent plus entendre parler de crédit relais, ce qui bloque totalement des projets d'acquisition pour des ménages qui n'ont pas encore vendu leur appartement. Du coup, les maisons individuelles mises en vente entre 300 000 et 400 000 euros ne reçoivent aucune visite et n'auront bientôt plus de valeur de référence ». Si un refus n'est toutefois pas le mot d'ordre général au sein des banques, le courtier en ligne Empruntis.com précise que ces dernières ne proposent plus pour ce type de crédit qu'entre 60 % et 70 % de la valeur du bien à vendre, contre 80 % à 90 % auparavant.

Après la flambée du prix de l'essence qui oblige les acheteurs à déserter campagnes et périphéries pour se rapprocher de leur lieu de travail (phénomène qui s'accentuera certainement avec l'instauration de la nouvelle vignette auto souhaitée par le gouvernement). après la BCE qui remonte son principal taux directeur et oblige les banques à faire de même avec les taux d'emprunt, le crédit relais s'inscrit donc sur la longue liste des phénomènes qui grèvent le pouvoir d'achat des particuliers et fait chuter l'immobilier.

Vos réactions

Crédit immobilier - Chute de l'immobilier : les risques du credit relais

Noter cet article :

1 2

Par renato -

dans ma boite

Lire la suite

Par TOUR MELUSINE -

j'ai obtenu un crédit relais en juin 2008 après avoir fait évaluer ma maison qui se trouve au bourg d'un site classé en sud vendée, aux abords d'un massif forestier. A l'époque, les maisons du village de 820 habitants étaient très recherché. Evaluée entre 190 et 210 000E J'ai obtenu le déblocage des fonds le 29 août 2008 tout au début de la crise. Le ****** ******* savait déjà qu'il allait y avoir des problèmes. Moi, j'aurai bien voulu suspendre voir reporter mon prêt, seulement après avoir signé le compromis de vente d'une maison de 165 000 E de construction récente (2005). J'ai fait des travaux divers et je n'ai pas fini. Le prêt a été fait en deux parties. L'une de 95 000 E que je rembourse à raison de 724 E/Mois. l'autre,devait être remboursé (150 000E) lors de la vente de mon bien. Beaucoup de visites de clients intéressés, qui cherchaient eux aussi à vendre leur bien pour s'installer dans ma maison de 177 m2 avec chauffage aérothermique. Résultat, après deux ans, recours au tribunal d'instance de FONTENAY LE COMTE qui m'a accordé un an exonéré d'intérêts. Mais depuis septembre, les intérêts ont repris et malgré des accords entre banquiers et membres du gouvernement (voir la presse du 23 mars 2009 6le figaro OU AUTRE) je ne vois rien venir pour arrêter les intérêts. Ma maison mis en vente 145 000 E ne trouve toujours pas d'acquéreurs. Alors à combien le crédit foncier va t'il vendre ma maison...? L'autre est en vente 180 000E, le prix bien plus bas que son prix de reviens. Là aussi même galère. Je ne vais pas m'en sortir, le banquier lui a le secours de l'état pour se renflouer, mais moi, aucun espoir en vue. De plus les banques limitent les prêts.Impossible de renégocier un rachat de prêt. Je suis âgé de 65 ans et je devrait rembourser 1800 E Mois alors que je gagne une retraite de 2200E. Connaissez vous un cabinet d'avocats capable de m'aider et me défendre en justice. Je n'ai plus d'argent devant moi. J'ai tout dépensé pour des publicités, qui n'ont servi à rien.

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Chute de l'immobilier : les risques du credit relais

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page