Les déboires immobiliers de BNP Paribas au Japon

19/10/2009 à 11:43 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : le Japon condamne BNP Paribas
Les déboires immobiliers de BNP Paribas au Japon

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Le japon aurait-il pris en grippe BNP Paribas ? Soupçonnée d'avoir manqué à ses obligations et de s'être livrée à certaines manipulations immobilières peu louables, la banque française fait en effet l'objet, depuis plusieurs jours maintenant, d'articles sans concession de la part de la presse nippone.

C'est une double procédure qui semble aujourd'hui être intentée aujourd'hui à l'encontre du groupe français BNP Paribas. L'une concernerait un échange douteux de titres avec Softbank, un opérateur de télécommunication, l'autre porterait sur un accord controversé passé au cours de l'été 2008 avec le promoteur immobilier Urban Corp. La Commission de surveillance des titres et des échanges (SESC), autorité japonaise de régulation des marchés pointerait ainsi du doigt BNP Paribas pour d'éventuels « manipulation de cours et manquement à ses obligations d'information ».

La filiale japonaise de BNP Paribas n'aurait en effet pas transmis les informations demandées par l'Autorité nippone des marchés financiers (FSA) lors d'un échange d'obligations convertibles organisé avec le promoteur immobilier Urban Corp. Un échange de titres dont le montant avoisinait les 220 millions d'euros (30 milliards de yens) et qui aurait précipité la mise en faillite, dès août 2008, du professionnel du logement (accusant pour près de 2,4 milliards de dollars de dettes).

Selon les quotidiens japonais Asahi et Nikkei, BNP Paribas pourrait se voir condamnée par la SESC à stopper ses activités pour une durée de 6 mois ainsi qu'à s'acquitter d'une rétribution financière de l'ordre de 750.000 euros (100 millions de yens). Et c'est bien sur cela que le désaccord entre le Japon et la banque française se fonde car si les journaux nippons se font l'écho de ses déboires, BNP Paribas affirme en revanche n'avoir jamais reçu de quelconques notifications officielles. La SESC peut bien condamner la banque aussi durement qu'elle le souhaite, cette dernière rappelle que si la commission dispose d'un pouvoir de recommandation celui-ci n'est en aucun cas décisionnel.

Attendant que l'Autorité des marchés financiers (FSA) se prononce sur ce dossier, BNP Paribas observe donc avec inquiétude sa situation se dégrader au Japon. Le pays du soleil levant faisant en effet figure de nouvel Eldorado pour l'immobilier d'entreprise (le marché de Tokyo est actuellement le plus dynamique du monde) la banque française n'envisage pas de devoir y retirer ses billes. D'autres en revanche entendent bien s'y installer durablement. C'est le cas notamment de l'assureur Axa qui devrait d'ici peu créer un fond d'investissement immobilier de près de 740 millions d'euros en collaboration avec la Sumitomo Trust and Banking.

Vos réactions

Immobilier - Les déboires immobiliers de BNP Paribas au Japon

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Les déboires immobiliers de BNP Paribas au Japon

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page