Immobilier et logement étudiant : une dernière ligne droite au goût de crise

20/08/2009 à 10:09 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : le logement étudiant en crise
Immobilier et logement étudiant : une dernière ligne droite au goût de crise

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Les épreuves du Bac achevées, les futurs étudiants n'ont désormais plus que quelques semaines pour trouver un logement. Si les possibilités sont nombreuses, cette période reste traditionnellement source de stress pour les nombreux retardataires. Cette année toutefois la crise, qu'elle soit immobilière ou économique, pourrait bien interférer favorablement en leur faveur.

Pour une grande partie des étudiants en recherche d'une location, attendre la dernière minute était jusque là devenu une habitude. Crise économique oblige, elle s'impose aujourd'hui comme une nécessité. C'est en tout cas le constat dressé par de nombreux observateurs et professionnels de l'immobilier : face à l'incertitude financière générée par la crise, les étudiants préfèrent attendre le dernier moment pour s'engager dans une location et ainsi éviter de payer un loyer durant les mois estivaux.

Comme chaque année, ils sont quelques 1,5 millions à arpenter les rues à la recherche d'une solution de logement, un chiffre bien trop élevé au regard des 155.000 chambres mises à leur disposition par les CROUS. Et comme chaque année, fin août les étudiants n'ont plus d'autres choix que de se tourner vers le marché de l'immobilier locatif privé, se heurtant alors à une demande dépassant largement le nombre d'offres. Les agents immobiliers l'avouent clairement, le stock de logements disponibles s'amenuise à grands pas : « les locataires ont quitté leurs studios en juin, et ils ont été reloués rapidement », explique un agent de Laforêt Immobilier. Pour certains, le constat est sans appel, comme chez ce professionnel de Rouen : « un étudiant vient me voir pour trouver un studio... Je n'ai plus rien à lui proposer ».

Obligés d'opter pour une location privée certes plus onéreuse, les étudiants retardataires pourront toutefois trouver quelques motifs de satisfaction. Selon la dernière étude de l'Insee, l'indice de référence des loyers (IRL) régulant l'évolution des tarifs appliqués par les propriétaires-bailleurs n'aurait ainsi progressé, au 2ème trimestre 2009, que de 1,31% (contre 2,24% pour le 1er trimestre).

Vos réactions

Immobilier - Immobilier et logement étudiant : une dernière ligne droite au goût de crise

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Immobilier et logement étudiant : une dernière ligne droite au goût de crise

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page