Immobilier : le manque d'acheteur alimente la baisse des prix

22/01/2014 à 14:17 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : le manque d'acheteur alimente la baisse des prix
Immobilier : le manque d'acheteur alimente la baisse des prix

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Indicateur de tension immobilière (ou ITI), voici des termes que l'on risque désormais de rencontrer régulièrement si l'on s'intéresse un tant soit peu au marché immobilier. Lancé officiellement jeudi dernier, cet outil aura notamment permis au site Meilleurs Agents d'annoncer de notables baisses de prix pour cette année 2014.

Vers une correction plus marquée des prix en 2014

Si le scénario d'une correction progressive des prix de l'immobilier en 2014 semble recueillir les faveurs de bon nombre de professionnels du secteur, bien peu ont en revanche pris le risque de livrer des perspectives chiffrées et précises. Une réserve dont ne s'embarrasse pas le site qui, à travers le lancement d'un nouvel outil, évoque une possible baisse des prix de l'ordre de -7 à -10% pour cette année. Sébastien de Lafond, son président, estime toutefois qu'il convient de "rester prudent avec ces chiffres. Ce n'est qu'une fourchette. Cependant, nous sommes clairement dans une tendance baissière qui pourrait atteindre environ 5 % cette année".

Concrètement, le site appuie ses prévisions sur les résultats fournis par un tout nouvel outil : l'indicateur de tension immobilière ou ITI. En évaluant le rapport de force existant entre acheteurs éventuels et vendeurs, celui-ci permet d'anticiper à moyens termes l'évolution du marché. "C'est un peu comme observer la pression atmosphérique pour donner des prévisions météorologiques", note Sébastien de Lafond en guise d'explication.

Marché immobilier : les acheteurs reprennent la main

A même d'établir une prévision des prix à l'échelle nationale, le site peut également se faire plus précis et livrer les tendances de diverses grandes agglomérations. On apprend ainsi que "les acheteurs sont vraiment en bonne position pour négocier" puisque bon nombre de grandes villes recensent aujourd'hui moins de candidats à l'achat que de vendeurs (

"En 2014, la tendance de fond d'un marché en baisse va se confirmer : si les taux restent stables, nous devrions observer une baisse des prix de l'ordre de -3 à -5% à Paris et Lyon (ITI à 1,2), et de -5 à -7% à Marseille".

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page