Immobilier : les frais d'agence revus à la baisse

20/03/2014 à 10:26 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : les frais d'agence revus à la baisse
Immobilier : les frais d'agence revus à la baisse

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Le mois de loyer destiné à couvrir les frais d'agence et dont doivent s'acquitter encore aujourd'hui les futurs locataires fera très prochainement partie du passé. Dans le cadre de la loi Alur adoptée le mois dernier, ces honoraires seront dès la rentrée calculés en fonction de la surface du logement. Un nouveau modèle de tarification qui devrait permettre aux locataires de réaliser de substantielles économies.

Immobilier : la fin du mois de loyer pour les agences ?

Alors que professionnels de l'immobilier et propriétaires n'ont eu de cesse de critiquer une loi Alur (loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové) considérée comme offrant la part belle aux locataires, le gouvernement envisage de lui adjoindre une nouvelle disposition qui ne devrait pas les faire mentir. Un décret d'application pourrait en effet venir modifier le mode de calcul des frais d'agence dus pour toute nouvelle location.

Des tarifs dictés par les mètres carrés

Si les futurs locataires doivent pour l'heure s'acquitter d'un mois de loyer d'avance, les honoraires demandés par les agences immobilières pour couvrir l'état des lieux, la rédaction du bail, l'organisation des visites ou encore la constitution du dossier pourraient bientôt être déterminés au prorata de la surface du logement loué. Concrètement, ceux-ci devraient s'élever à 12 euros du m² à Paris, 10 euros dans les grandes agglomérations telles que Lyon, Marseille ou Lille et 8 euros partout ailleurs. Prévues pour entrer en vigueur dès le mois de septembre prochain, ces nouvelles modalités devraient permettre aux locataires d'économiser jusqu'à 50% sur leur facture.

Frais d'agence : un dispositif pas encore arrêté

De nature à réjouir les particuliers en quête d'une location, le projet n'est toutefois pas du goût des agents immobiliers qui dénoncent d'ores et déjà de futurs tarifs trop peu élevés. "La loi Alur, qui réglemente les honoraires de location des agences immobilières, n'est pas encore promulguée. Les chiffres avancés ne constituent, pour l'instant, que des hypothèses de travail dans le cadre de la préparation du décret d'application prévu par la loi", souligne à ce sujet Jean-François Buet, le président de la Fnaim.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page